« Ma part de vérité » de J.B. OUEDRAOGO

Longtemps resté au-dessus de la mêlée et loin de tout ce qui se dit ou se raconte dans les livres, dans les colonnes des journaux autour des évènements politiques du Burkina, Jean Baptiste OUEDRAOGO rompt enfin le silence à travers une œuvre qu’il a intitulée “Ma part de vérité”. La cérémonie de dédicace s’est déroulée ce 25 janvier 2020 au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC).

La salle du CBC a refusé du monde ce 25 janvier 2020 dans le cadre de la cérémonie de dédicace du livre de Jean Baptiste OUEDRAOGO. A cette occasion, hommes politiques, anciens compagnons d’armes de l’auteur, hommes de média y étaient largement représentés. Parrainée par le Directeur de l’Observateur Paalga Edouard OUEDRAOGO et préfacée par Léonard Palm DOMBA, l’œuvre “Ma part de vérité”  est,  selon Jean Baptiste OUEDRAOGO un devoir de mémoire pour éclairer l’opinion publique sur les évènements ou du moins, les différents coups d’Etat qui se sont succédé de 1980 à 1984. Pour l’auteur, c’est un devoir de mémoire sur la gestion du pouvoir d’Etat “pour ne pas laisser seulement le soin aux politiques d’écrire l’histoire du pays”. “Ma part de vérité”, tout en relevant les valeurs et les mérites du Capitaine Thomas SANKARA, vient ainsi selon son auteur, “rompre avec la dictature du mensonge”.

A cette cérémonie de dédicace, plusieurs témoignages sur la période 1980 à 1984 et notamment sur la formation du Conseil du Salut du Peuple (CSP1) ont été apportés par d’imminentes personnalités.

Ainsi, du parrain au préfacier en passant par Jean Hubert BAZIE,  Jean Claude KAMBOULE, Odile NACOULMA, Edouard Kouka TAPSOBA et Abdoul Rasmané Zoétienga pour avoir été Ministres, responsables militaires ou simple témoin au moment des faits ont tous apporté chacun ” sa part de vérité” sur les évènements du 7 novembre 82, du 17 mai 83 et du 04 Août 1984. L’occasion a été pour certains une tribune fertile pour soulager leurs tensions émotionnelles, longtemps étouffées par la peur ou par respect du secret professionnel.

Pour le parrain Edouard Ouédraogo, “il faut féliciter l’auteur pour l’effort d’honnêteté” dont il a fait preuve dans son livre. ” C’est un courage extraordinaire !  “ soutient Edouard Kouka TAPSOBA et Jean de Dieu SOMDA de dédier un “Bravo” à l’auteur pour avoir pris la plume pour écrire l’histoire du pays des hommes intègres. Enfin le Docteur Dramane KONATE de conclure que l’œuvre est un “témoignage Majeur digne d’un Homme d’Etat”.

Œuvre de 260 pages environ et éditée par les presses universitaires,  “Ma part de vérité” de Jean Baptiste OUEDRAOGO restera sans doute l’œuvre qui a délié le mieux, les langues sur les évènements politiques du Burkina Faso. Et vivement que le “Tome-II” vienne éclairer davantage les burkinabè sur l’histoire politique du pays. Pour l’instant, le souhait de l’auteur est que cette œuvre puisse ” servir de référence sure aux chercheurs et aux jeunes”.

En attendant et au regard des témoignages directs et francs sur ce pan de l’histoire politique du Burkina Faso, “Ma part de vérité” apparaît  déjà comme une entame décisive, voire une amorce vers la Justice, vérité et réconciliation tant reclamée par le peuple burkinabè.

Patrick COULIDIATY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *