Recherches et technologies : promouvoir la consommation des grains entiers à fibres alimentaires

L’Institut de Recherche des Sciences appliquées et des Technologies (IRSAT) au Burkina Faso expérimente depuis quelques jours la possibilité de fabriquer le pain jusque-là fait à base de blé par la farine de mil  local. L’objectif à long terme d’une telle recherche est de pouvoir substituer le blé par la farine locale très riche en fibres avec une valeur nutritionnelle avantageuse pour les consommateurs. Les travaux se sont déroulés dans les locaux d’une boulangerie de la place sous la direction bienveillante de la directrice générale dudit Institut.

Une équipe donc de l’IRSAT, composée de chercheurs et de doctorants était dans les locaux de la boulangerie « Fatim », une structure de fabrique de pain située en bordure de l’Avenue Charles DE GAULES. C’était dans la matinée du 27 novembre 2018 au cours de laquelle, l’IRSAT a bénéficié dans le cadre de ce projet, de l’accompagnement du département des sciences alimentaires de l’université de HELSINKI. Retour sur ce projet avec Hagretou LINGANI, la Directrice de l’IRSAT.

« En ce qui concerne cette activité, elle rentre dans le cadre d’un projet. C’est un projet eurafricain. C’est un appel qui a été lancé par l’Union Européenne en collaboration avec l’Union Africaine. Dans la conception du projet, il fallait avoir au moins deux pays africains et au moins deux pays européens . Au niveau de l’Afrique, c’est le Burkina Faso et le Kenya et au niveau de l’Europe, on a la Finlande avec l’Université de Helsinki et le Portugal avec l’Université Catholique du Portugal.

L’objectif du projet est de promouvoir la consommation des grains entiers pour que les consommateurs puissent bénéficier des fibres alimentaires. Vous savez bien que les fibres alimentaires ont une importance capitale dans la santé des consommateurs parce qu’ils (les grains entiers) contiennent des fibres alimentaires et en plus de ces fibres, nous avons des vitamines du groupe B et on a également les sels minéraux.

L’exercice auquel nous nous livrons ce matin, est une démonstration sur la technologie du pain composé dont je viens de vous parler et avec les boulangers de la boulangerie Fatim. Eux même, ils vont apprendre la technique. Nous essayons d’adapter cette technologie à celle de baguettes. Sinon avec le pain anglais, les essais à Helsinki ont montré des résultats concluants alors que nos consommateurs utilisent plus les baguettes de pain. Donc c’est juste une démonstration plus ou moins un transfert de technologie pour adapter une technologie à des types de pain largement consommé au Burkina Faso.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *