A propos de la probable implication de Pascal THIOMBIANO dans l’intronisation des Rois du GULMU.

Est-ce vraiment cet homme qui tirerait sur les ficelles dans le cadre des intronisations des Rois du GULMU ? Cette question, beaucoup d’observateurs se la posent à propos surtout de cette l’histoire de trône qui donne des vertiges aux enfants du GULMU. Sur toutes les lèvres, Pascal THIOMBIANO (puisque c’est de cet homme qu’il s’agit) est critiqué pour sa probable implication dans cette histoire de chefferie au GULMU. La récente sortie tapageuse du Diébado (chef de concession) enregistrée en vidéo accuserait  également Yemboini Pascal THIOMBIANO de corruption ouverte à son endroit.

Au regard donc de ce qui se dit et se trame autour de son image l’intéressé a bien voulu apporter un démenti formel. Selon Pascal THIOMBIANO, il ne serait pour rien dans cette affaire de chefferie au GULMU. En tant que prince, fils de la région et appartenant à une très grande famille, il a le droit estime-il, de contribuer aux côtés de ses frères au développement du GULMU. Et ce n’est pas de gaieté pour lui de constater une telle division s’installer au sein de la famille royale. Son souhait, c’est de revoir la paix revenir au GULMU. 

Notons que notre invité s’est refusé tout commentaire se contentant de répondre à une seule de nos questions, notamment la question relative à  son implication dans la chefferie coutumière au gulmu. Pas même de vidéo comme nos avons l’habitude de le faire.

A propos donc de sa probable implication dans l’intronisation des Rois du GULMU.  Voici sa réponse :

Pascal THIOMBIANO : C’est déplorable que mon nom revienne régulièrement dans cette affaire de chefferie. C’est peut-être parce que j’appartiens à l’une des lignées royales. Le fait que je sois également un homme public, les gens font rapidement un amalgame. Alors ce qui est sûr, je ne renierai pas mes origines. C’est vrai, j’appartiens à une lignée royale qui avait 07 candidats dans la course au trône. Et ma lignée royale a soutenu nos 07 candidats. Il s’agit des lignées de Yentougri et de Bantchandi.

Sur cette base, nous avons effectué un certain nombre de démarches qui ont été entreprises par les familles royales THIOMBIANO. Ces démarches ont consisté à rendre visite aux notables qui sont impliqués dans la désignation du Roi. C’est à ce titre que je me suis retrouvé dans certaines délégations en tant que prince et non en tant que Pascal THIOMBIANO. Donc, je n’étais ni porte-parole ni l’aîné, encore moins le plus intelligent de ma famille dans les prises de décisions.  J’ai peut-être un nom et une image que les gens connaissent bien du fait de mon métier. Mais que cela ne tienne, je ne saurais être en raison de cette image devenir une cible à abattre.

Je sais que ma famille a demandé aux notables de soutenir nos sept candidats ; c’était l’objectif de nos démarches. Et comme on ne rend pas visite à un chef les mains vides, des présents ont été donnés aux différents notables par la famille. Je dis bien par la famille, ce n’est pas moi qui ai donné ces présents !

Aussi, je précise que je n’ai jamais rencontré de manière individuelle un ministre ou un notable. Je n’ai rencontré aucun des ministres, individuellement pour offrir quoi que ce soit. Mais qu’on arrête donc de dire que c’est moi qui suis en train de corrompre. J’appartiens à une très grande famille et je ne vois pas comment je pourrai arriver à manipuler un tel beau monde.

Je crois qu’il faut éviter de tout réduire à un individu parce que la crise actuelle est loin de là. C’est une histoire de famille qui implique une responsabilité collective. Ce que je pense, c’est qu’il faut l’union dans la région. C’est mon appel et mon vœu le plus cher.

Maintenant que les familles sont divisées. Comment voyez-vous la sortie de crise ?

Je ne suis pas un spécialiste.  Tout mon souhait est que les esprits s’apaisent et que la paix revienne pour le bonheur de notre région.

Affaire donc à suivre !

Propos recueillis par Patrick COULIDIATY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *