Burkina : La rentrée scolaire désormais à visage Masqué

Comme annoncé par les autorités en charge de l’éducation, la réouverture des classes au Burkina dans le cadre du Covid-19 reprennent ce 01 juin 2020. C’est une rentrée à visage masqué est-on tenté de dire dans la mesure où le cache-nez en plus des dispositifs de lave-mains, reste le principal mot d’ordre dans tous les établissements d’enseignement scolaires au Burkina Faso. Professeurs, personnels administratifs et élèves comme dans un bal masqué se côtoient à visage masqué. Une équipe de notre site partenaire Burkina7.com s’est rendu dans quelques établissements scolaires de la place pour nous faire  vivre l’ambiance.

Suite donc à la décision du conseil des ministres pour l’achèvement de l’année scolaire 2019/2020, ce 1er juin 2020 marque la  reprise des activités pédagogiques  sur toute l’étendue du territoire burkinabè. Les classes concernées sont les classes d’examens (CM2, 3ème, terminales, dernières années CAP, dernières année BEP et terminale). Cette réouverture des écoles doit être en phase avec  le  plan de riposte  pour la continuité éducative dans le contexte du covid-19.

Lire aussi : «  La rentrée au Complexe Scolaire l’Aurore  »

Au Cours Privé Marie Curie, le premier établissement où nous avons déposé nos valises, le dispositif de lave-mains une quinzaine de robinets environ est visible depuis la rentrée principale. Un savon est déposé à chaque robinet pour permettre aux élèves de se laver les mains avant de rejoindre les classes.  » La règle pour cette rentrée était donc qu’aucun élève n’ait accès aux salles de classes sans port de masque », nous explique le directeur des études de Marie Curie.

Souleymane SEYE : Directeur des études au Cours Marie Curie.

« L’établissement a pris ses dispositions et a mis à la disposition des élèves un système de lavage des mains que vous pouvez constater à l’entrée. Il y a une quinzaine de robinets installés. La règle pour cette rentrée était donc qu’aucun élève n’ait accès aux salles de classes sans port de masque. Ceux qui sont venus avec leur propre masque ont eu directement accès aux salles de classes. Ceux qui n’en avaient pas, ont également reçu. Chaque élève a droit à deux masques.

Une vue partielle des élèves en classe de 3 ème au cours Marie Curie

Les masques ont été mis à notre disposition par le ministère de l’Education via nos coordonnateurs d’arrondissement. Nous en avons reçu près de 290 pour les classes de 3è de type N°4 . Pour les classes de terminale et pour l’ensemble du personnel, nous avons reçu 134 masques.

La distanciation et les effectifs des classes

En vue d’anticiper les difficultés liées à la distanciation qui pourrait engendrer l’ajout de classes, le Cours Marie Curie adopte  la stratégie  suivante :

« Au lieu d’une classe à 4 rangées, 03 rangées ont été fusionnées pour contenir une classe à 5 rangées de sorte que chaque élève soit assis à 1m de son camarade. Les élèves des terminales sont de 37 par classe en raison d’un élève par table. Avec un effectif moyen de  47  par classe, le problème d’ajout de classe ne pose pas. Pour ce premier jour, tout se passe sans difficultés », précise Souleymane SEYE.

Au Groupe Scolaire Sainte Collette

Après marie Curie, nous mettions le cap sur le Groupe Scolaire Sainte Collette. Là, nous avons été reçus par Jean Clément PANDI , l’un des Censeurs de l’établissement.

Jean Clément PANDI : « Nous avons reçu au total 4 500 masques aussi bien pour les élèves que pour le personnel enseignant et administratif. La distanciation ne nous pose pas de problème parce qu’en classe de 3è dont j’ai la charge, on avait deux élèves par table. Comme nous sommes en fin d’année, les effectifs ne sont plus aussi les mêmes. La raison? elle est simple !

Jean Clément PANDI, censeur au Groupe Scolaire Sainte Collette

Nous avons ce que nous appelons dans notre jargon, les abandons en cours d’année pour faute de moyens, de santé ou pour bien d’autres raisons. Il y en a même qui abandonnent pour aller dans les sites miniers souvent  hors du Burkina. Donc les effectifs qu’on avait en début d’année sont plus ou moins dégressés dans certaines classes.  Le problème donc de la distanciation ne se pose vraiment pas. Pour l’instant, c’est la distribution des masques qui nous préoccupe afin qu’à partir de demain, l’entrée en classe ou au sein de l’école soit conditionnée non seulement par le port de l’uniforme scolaire mais aussi et surtout par le port des cache-nez ».

Comment procédez-vous à la distribution des masques ?

Tout comme à l’examen, les élèves viennent et s’alignent en respectant la distanciation. Nous ne faisons même pas d’appel. Par ordre d’arrivée, l’élève emmarge devant son nom sur une liste tenue par un professeur. Chaque élève a droit à deux masques. Mais ce matin, nous avons un cours sur le Covid-19 que nous devons dispenser obligatoirement aux élèves et dans toutes les classes avant de commencer proprement nos activités pédagogiques.

Madame Balima : Enseignante au Groupe Scolaire Sainte Collette

« Ce matin, nous avons procédé à l’installation des élèves. Nous leur avons distribué des cache-nez et nous leur avons donné un certain nombre d’informations sur la maladie du Coronavirus et sur l’utilisation du dispositif des lave-mains.

Le message fort de ce matin est que les enfants aient conscience que la maladie existe. Et pour l’éviter, il faut qu’ils respectent les mesures sanitaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *