Musique : Kundé 2020, comme du vin qui se bonifie

Après le mot de remerciement du Commissaire Général des Kundé, nous revenons vers quelques artistes musiciens, les premiers bénéficiaires de ces trophées de la musique au Burkina Faso pour avoir leurs opinions sur les Kundé.

Rappelons qu’après 20 années d’existence, ce sont 19 artistes musiciens depuis 2001 qui ont reçu le Kundé d’Or. C’est un fait indéniable et pour lequel, les artistes musiciens dans leur ensemble plébiscitent l’évènement et lui sont d’ailleurs reconnaissants. Le Kundé à en croire les propos des artistes, est comme du vin qui se bonifie au fil du temps.

Ainsi, de Amity Méria à Floby en passant par Emilo LEhanceux, Awa BOUSSIM et Solo DJA KABAKO, les Kundé sont à applaudir parce qu’ils constituent une fenêtre sur le marché extérieur.

Asalfo du groupe Magic Systèm se souvient de la première édition des Kundé. « Il y a 20 ans de cela, nous étions dans cette salle du Ciné NERWAYA pour recevoir le premier trophée de la carrière du Groupe Magic SYSTEM« , nous le rappelle ASALFO.

« Le Kundé est un évènement qui pousse les artistes à mieux faire et à doubler les efforts », s’exclame   « ROGA ROGA » du groupe Extra-Music. Plusieurs fois lauréats des Kundé, « ROGA ROGA » ne tarit pas d’éloges à l’endroit des Kundé :  » Je dis surtout que c’est un évènement qui contribue à l’évolution de la musique africaine », a-t-il ajouté

« Ça permet non seulement à nos artistes de nouer des liens et de se frotter à d’autres artistes mais aussi, de donner à notre pays plus de visibilité.  » Aujourd’hui, le Kundé est devenu incontournable », nous dit Améty Méria lauréate du Kundé d’or 2014.

Si certains artistes l’ont mal vécu, le célèbre rappeur burkinabè Smockey, par contre l’a bien vécu.

« Je crois que ça peut effectivement permettre en général à certains audiophiles ou certains mélomanes qui ne se décidaient pas à vous découvrir. ça m’a donné du Boom au cœur à l’artiste que je suis »; c’est une bonne chose ! ».

Awa BOUSSIM du Burkina Faso n’oublie pas non plus cette nuit où elle a été sacrée Kundé d’or 2018.

 » Comme j’ai pris le kundé-là, c’est comme si j’ai pris soudainement du poids », s’est réjoui l’artiste musicienne.

Pour Imilo LECHANCEUX, « être le meilleur artiste de son pays, c’est tout avoir.

Depuis que j’ai eu ce kundé, je boss deux fois plus. Ça me pousse à travailler et à ne pas baisser les bras. », nous apprend Emilo LECHANCEUX.

Et que dire maintenant de Floby ? celui-là même qui a reçu doublement le Kundé d’or en 2010 et en 2019.

« Pour que ça continue, on ne va pas baisser les bras », a -t-il laissé entendre.

Certes que ces témoignages ne représentent qu’un échantillon de l’ensemble des artistes burkinabè, mais il est réjouissant de constater l’engouement et l’audience toujours grandissants autour de l’évènement.

Vivement que les Kundé se pérennisent pour le bonheur de la culture africaine.

La rédaction

Source : Artistes.BF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *