Kundé 2020 : les journalistes et les communicateurs en parlent …

S’il y a un évènement culturel annuel très attendu au Burkina Faso, c’est entre autres les Kundé. Initialement programmée et annoncée pour le 29 mai 2020 à travers trois conférences de presse à Paris, Ouagadougou et Abidjan, la 20è édition des Kundé  n’a finalement pas eu lieu. L’édition est reportée à une date ultérieure pour des raisons de pandémie laissant ainsi le public dans une certaine expectative. Les professionnels des médias qui ont toujours été des témoins privilégiés de cet évènement ont dû rangé les projecteurs. Mais nombreux sont ceux (les journalistes) qui gardent encore des Kundé, un souvenir comme on le dit « Inoubliable ».

Après les artistes, ce sont les journalistes et les communicateurs qui en parlent..

Avant tout propos, il faut reconnaitre que le Kundé d’Or réuni plusieurs personnes dont les artistes, les stylistes, les journalistes, les organisateurs d’évènements et bien d’autres.

Caroline DASILVA présentatrice de l’émission

« Ce Midi » sur la chaine ivoirienne RTI1 se souvient de la 17è édition.  » Je vous assure que ça été une  merveilleuse expérience pour moi parce que les organisateurs nous ont vraiment mis à l’aise et nous avons eu  toutes les informations dont nous avons besoin pour travailler », s’est-elle rappelée.

Quant à Evariste COMBARY, journaliste et Directeur de la télévision du Burkina,

Le Kundé doit son succès au professionnalisme et à la crédibilité des organisateurs.  » Je pense qu’il y a eu du sérieux dès le départ, il y a eu un sérieux qui a été porté par Salfo SORE/Jah PRESS et des professionnels autour de lui.  Quand un travail est bien organisé, les sponsors ne peuvent qu’accompagner les organisateurs. Les Kundé à mon avis sont devenus un label. Si les burkinabè veulent toujours vivre les Kundé, il faut que le ministère de la culture et la télévision nationale s’approprient  cet évènement  pour pouvoir accompagner les organisateurs », a mentionné Mr Combary.

Pour Aziz BAMOGO expert en communication, c’est l’adhésion du public à l’évènement qui marque les esprits malgré tout ce qui se dit autour des billets d’entrée.  « Au fil des années, le ticket des Kundé a connu une hausse. Chaque fois les gens disaient que le ticket est cher. Mais le constat est que chaque fois la salle est bondée de monde », explique-t-il.

C’est aussi selon Aziz BAMOGO,  « la valorisation de l’espace culturel  qui satisfait surtout les sponsors et les partenaires institutionnels notamment le ministère en charge de la culture. S’ils sont toujours derrière l’activité, c’est parce qu’ils voient que ça porte une réelle valeur ajoutée à notre secteur culturel au Burkina Faso », a-t-il ajouté.

Souleymane Ouédraogo soutient que le Kundé est un évènement qui est venu s’imposer dans l’univers médiatique au Burkina Faso.  Pour lui en tant que animateur, il dit se sentir à l’aise malgré la pression parce que la préparation est faite avec professionnalisme.

Source : Documentaire 20 ans de Kundé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *