Tabaski 2020: L’inquiétude des vendeurs de moutons

A l’occasion de la fête de l’Aïd El-Kebir communément appelée fête de la Tabaski, une équipe de Burkina7Seven s’est rendue au marché de bétail de Sougr-Nooma de Tanghin ce jeudi 30 juillet 2020. L’objectif de cette visite est de faire un constat sur l’engouement autour du business des animaux.

La TABASKI, c’est la fête la plus importante de l’islam après celle de l’Aïd El-Fitr. Ce jeudi 30 juillet 2020 aux environs de 9 heures, le marché de bétail de Sougr-Nooma grouille de beau monde.

Cette fête musulmane qui est un jour de partage, réuni familles, amis, voisins, tout le monde se retrouve autour d’un mouton sacrifié pour l’occasion.

Les fidèles musulmans ont donc pris d’assaut les marchés de bétail pour avoir au moins un mouton afin d’honorer leur devoir de bon musulman.

Ainsi au marché de bétail Sougr-Nooma de Tanghin, Vendeurs, revendeurs et quelques clients échangent, discutent sur les coûts des moutons dont les prix oscillent entre 50 000F CFA à 350 000F CFA.

Ce sont les meilleurs prix du marché selon Issaka Tientoré, Président du marché de bétail de Sougr-Nooma de Tanghin. Ces prix, dit-il, sont plus bas par rapport aux prix des animaux dans les années antérieures. « Malgré ces prix abordables, les clients perçoivent que c’est très cher. Jusqu’à présent, les clients se font attendre, je suis inquiet ! Nous avons encore beaucoup de moutons sur le marché », ajoute-il. Selon lui, cette morosité est due à la pandémie de la maladie à coronavirus qui a ébranlé l’économie mondiale.

Pour Zakaria Traoré vendeur de moutons, les gens viennent mais ils disent que les moutons coûtent chers. « Nous avons pourtant baissé les prix des animaux par rapport aux prix de l’année passée », s’explique-il.

Ailleurs, c’est un client qui fustige la gourmandise et l’escroquerie des vendeurs de moutons. Il est visiblement très remonté du prix de son mouton. « Je suis venu payer un mouton selon mes moyens. Mais regardez ce mouton efflanqué qui n’est même pas en forme et pour lequel, on me parle de 200 000F CFA« , nous confie-t-il.

Pour cette cliente qui préfère garder également l’anonymat, les prix sont abordables.  » L’achat du mouton dépend de ce que chaque acheteur veut en faire. Pour un sacrifice, je trouve que les prix importent peu », a-t-elle déclaré. Les revendeurs prennent de gros risques pour aller chercher ces animaux dans les lieux d’insécurité et les amener jusqu’à Ouagadougou. Il y a de quoi comprendre et arrêter de se plaindre du coût des moutons », poursuit-elle.   

En tout état de cause, Cherté de mouton ou pas, plaintes ou non, les marmites de madame ne seront pas vides demain. La fête de l’Aïd El-Kebir est déjà en marche et la prière aura lieu demain 31 juillet 2020 sur toute l’étendue du territoire national selon un communiqué de la communauté musulmane.

Jeanne LAYA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *