Kamala Harris : Son choix par Joe Biden réveille les liens familiaux en Inde

Les langues se délient en Inde quelques heures seulement après le  choix de Joe Biden porté sur sur Kamala HARIS comme colistière à la présidentielle américaine. Oncles, tantes, Cousins et neveux suivent attentivement l’actualité américaine chacun se réclamant du meilleur proche de la sénatrice.

Kamala Harris est née en 1964 en Californie, aux États-Unis, d’un père jamaïcain, le professeur d’économie John Harris, et d’une mère spécialiste du cancer du sein, Shyamala Gopalan.

Elle fut la première procureure générale noire de Californie, la première femme à occuper le poste, et la première femme originaire d’Asie du Sud à être élue au Sénat américain.

Lire aussi : « Kamala Harris, l’atout dynamique de Joe Biden »

Choisie mardi comme colistière par le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden, la femme politique de 55 ans cherche aujourd’hui à devenir la première femme vice-présidente des États-Unis.

«Notre joie ne fait aucun doute», a confié mercredi à l’AFP son oncle maternel, Balachandran Gopalan, un universitaire de New Delhi. «Elle a une personnalité très engagée, dévouée au service public et, plus important, à la dignité humaine».

Sa mère Shyamala amenait souvent ses filles en Inde, explique-t-il, et à sa mort en 2009, Kamala Harris est revenue «pour disperser ses cendres dans le golfe du Bengale».

Elle ne parle pas tamoul, la langue de l’État indien du Tamil Nadu d’où vient la famille, mais «elle le comprend un peu», selon lui.

Pour lui, la nomination de sa nièce — son nom signifie «lotus» en tamoul — est «un grand pas» pour les Indiens vivant aux États-Unis, car «ils ont certes déjà atteint des postes de haut niveau professionnellement, mais là il s’agit d’une des plus hautes fonctions politiques».

«Aux anges», la tante de Kamala Harris, Sarala Gopalan, également médecin, vit toujours dans la ville que sa grande sœur a quittée à l’âge de 19 ans, à Chennaï.

«Un ami vivant aux États-Unis nous a envoyé un message à 4 h du matin, et depuis nous sommes debout», a-t-elle raconté à la chaîne d’informations CNN-News18.

«C’est une personne qui n’oublie pas ses racines et croit aux valeurs de la famille», a-t-elle aussi déclaré au quotidien Deccan Herald. «Même aujourd’hui, elle m’appelle encore “chithi” (le mot tamoul désignant la sœur cadette de sa mère). Elle a toujours été quelqu’un d’attentionné».

Et comme sa mère Shyamala n’est plus, «nous serons toujours là pour Kamala et (sa sœur) Maya», a ajouté sa tante.

Source : journaldemontreal.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *