Burkina : Devoir de redevabilité du MCIA au cours de la période 2018-2020

Le Ministère du Commerce de l’Industrie et de l’Artisanat a organisé un déjeuner de presse ce lundi 07 septembre 2020 à Ouagadougou. Animé par le ministre du Commerce de l’Industrie et de l’Artisanat Harouna Kaboré,cette rencontre avec la presse burkinabè vise à rendre compte au peuple burkinabè des actions du ministère au cours de la période 2018-2020.

 

Depuis 2016, quinze (15) objectifs ont été assignés au Ministère du Commerce de l’Industrie et de l’Artisanat (MCIA) pour la conduite de la destinée du département. Quatrième du genre, le présent exercice de redevabilité vise à rendre compte de l’action du ministre  Harouna Kaboré pour la période  de 2018 à nos jours.

Selon le ministre, plusieurs acquis ont été engrangés par le MCIA malgré le contexte marqué par la précarité de la situation sécuritaire, les remous sociaux et le resserrement de la contrainte budgétaire.

Les initiatives implémentées, l’accompagnement des unités industrielles et la régulation des importations, la promotion des filières porteuses et la  relance durable de la production cotonnière, la lutte contre la fraude sont entre autres les principales réformes opérées par le MCIA.

Au titre des initiatives, il s’agit de l’Initiative de Renforcement du Capital Productif de Petites et Moyennes Entreprises (IRCP-PME), l’Initative 100 Produits Certifieés (I-100 PC), celle d’anacarde etc.

En matière de commerce, le MCIA a œuvré à une meilleure exploitation des opportunités commerciales se traduisant par une bonne ouverture de l’économie nationale.

Dans le secteur de l’artisanat, des actions ont été réalisées sur le plan réglementaire, organisationnel et l’insertion économique des jeunes et des femmes.

Pour Harouna Kaboré,  beaucoup de lignes ont bougé au niveau de son Ministère. Il a donc salué le mérite des premiers responsables des structures ainsi que l’ensemble du personnel qui ont su faire preuve de sacrifice et d’engagement dans l’action.

« Toutefois, les résultats escomptés n’ont pas été atteints pour la plupart des cas à cause de la contrainte financière et l’insuffisance de maturité de certains dossiers », a-t-il souligné.

Pour que la contribution du département en termes de résultats puisse être au rendez-vous dans le cadre de la mise en œuvre du prochain référentiel en perspective, le Ministère a pris des mesures anticipatives.

En matière d’industrie, le MCIA compte relever les défis au niveau de la transformation des matières premières locales, l’amélioration de l’accès à un financement adapté pour le secteur, la professionnalisation des industries.

Dans le domaine du commerce, la diversification des produits exportés, l’organisation du commerce intérieur et la promotion d’une concurrence saine et loyale sont les défis majeurs à relever.

Sur le plan artisanal, les défis à relever se resument à la mise en place d’un mécanisme de financement adapté au sous-secteur, la formalisation des entreprises artisanales, etc.

Pour Harouna Kaboré, ces mesures permettront au département d’avancer en temps opportun sur les actions concernées.

Jeanne Z LAYA

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *