Le Fespaco a désormais son nouveau Délégué Général

Analyse : Depuis le 27 juillet 2020, la délégation générale du FESPACO était jusque-là dirigée par Timibé Gervais HIEN. Nommé intérimaire, il avait la charge de conduire les affaires courantes de l’institution jusqu’à nouvel ordre. Dès lors, dans les cafés, les restaurants et autres lieux de retrouvailles, chacun allait de ses commentaires. La question était là, au bout des lèvres !

Moussa SAWADOGO, le nouveau DG du Fespaco

 » Qui sera le prochain DG du Fespaco ? « 

Comme pour mettre fin au quart d’heure d’une récréation, le Conseil des Ministres du 14 octobre 2020 vient de couper court aux supputations. En effet, Moussa SAWADOGO, l’homme de Ouaga Film Lab vient de prendre les commandes du FESPACO. Il remplace ainsi Ardiouma SOMA admis à la retraite.  Ardiouma SOMA rappelons-le, était à la tête de l’institution de décembre 2014 à octobre 2020

Plutôt que de voir le verre à moitié vide, regardons -le à moitié plein. Autrement, quelles ont été les tas de raisons qui ont conduit à la nomination de Moussa SAWADOGO à la tête du Fespaco ?

Partir de l’histoire du Fespaco

Depuis 50 ans, le fespaco étant une institution sous contrôle étatique ne pouvait avoir à sa tête que des fonctionnaires ; c’est-à-dire, un fonctionnaire qui est lui-même un employé de l’Etat. Évidemment, le contrôle est plus facile comme ça. Donc, c’était une tradition doublée de teintes politiques car au fil du temps, la technicité ne suffisait plus au simple fonctionnaire d’être Délégué Général du Fespaco. Il fallait en plus de cette qualité se montrer bien affilé  au parti politique majoritaire en place. Attention !!! Nous ne disons pas que c’est absolument cela; mais en passant en revue les différents Délégués généraux qui se sont succédé au Fespaco, vous pourrez vous en faire une idée.

Qu’en est-il de Moussa Sawadogo ?

C’est un homme peu connu du grand public burkinabè mais très présent dans la sphère culturelle en particulier cinématographique. Il a une plus grande assise relationnelle en Europe qu’au Burkina. Mais cette grande audience à l’international ne l’a pas pour autant coupé de son pays natal ou du moins, de l’amour qu’il a pour son pays. La preuve, depuis bientôt 05 ans, il a créé en partenariat avec des Festivals européens « Ouaga Film LAB » que dirige le Caïd culturel Ousmane BOUNDAONE.

C’est peu dire donc que le nouveau DG du Fespaco a un carnet d’adresses très riche et une ouverture solide à l’international où il bénéficie déjà de la confiance de nombreux bailleurs de fonds. Et pour un Festival comme le Fespaco dont la plupart des partenaires sont basés en Europe, il fallait absolument trouver un homme de la trempe de Moussa bien connu en Europe pour faciliter les contacts et les négociations avec les bailleurs de fonds.

Sans fermer les débats, nous pensons surtout que c’est son audience à l’international, le capital de confiance qu’il s’est construit à l’extérieur et son expérience dans les relations publiques qui auraient beaucoup pesé en sa faveur. Au moment où le monde traverse la plus grave crise sanitaire de son histoire, dans une période où toutes les activités sont en berne, le Fespaco n’avait pas d’autres choix pour réussir son pari post-covid que de trouver quelqu’un de bien assis en termes de relations et qui jouit d’une grande confiance des bailleurs internationaux. Et Moussa SAWADOGO semble être la bonne carte !

La bonne carte, oui ! parce qu’en plus de ses bonnes relations internationales, c’est un polyglotte. Il manierait aussi bien la langue de Molière que l’anglais et l’allemand

Cependant, les aspects relationnels suffisent-ils pour réussir au Fespaco ?

Certainement pas ! Tout comme la technicité, l’homme des relations internationales a besoin d’autres atouts. Pour avoir séjourné longtemps en Europe, Moussa SAWADOGO a pris ou a été reformaté aux habitudes de « blanco ». Or, nous savons qu’en Europe, le social ou plutôt les relations humaines comptent peu. Même n’avoir pas fait l’Europe, les échantillons d’Européens que nous côtoyons ici sont assez évocateurs. Donc, il faut que le nouveau DG revoie sa copie des relations humaines. En d’autres termes, sa diplomatie à l’africaine ; c’est important !

Moussa SAWADOGO, un homme qui aime son travaille

Moussa SAWADOGO (Milieu) Animant une conférence de presse pendant la 4ème édition de Ouaga Film LAB

Pour le peu de temps que nous l’avons observé à la 4ème édition de Ouaga Film Lab, nous prenons le risque de dire que c’est un homme qui est accroc du travail et surtout au travail bien fait. Est-ce pour des raisons de débordement d’énergie ou la pression liée au travail qu’il nous paraissait impulsif et peu souriant ? Il nous faudra encore l’observer pour mieux comprendre et pouvoir répondre à cette question. En attendant de voir l’homme à la tâche, voici brièvement son parcours

Le nouveau délégué général entrant est titulaire d’un Master of Art en Management Culturel et Media, obtenu à l’université du Théâtre et de la Musique d´Hambourg en Allemagne et d’une maîtrise en Histoire de l’Art et Archéologie, Université Joseph Ki-Zerbo.

Il a été aussi :

Membre de la commission du Fonds d’Aides au Cinéma du Monde (ACM), de 2017 à 2019, Le nouveaux DG du fespaco a occupé les responsabilités suivantes :

– chargé des affaires culturelles et de la communication à l’Ambassade du Burkina Faso à Berlin en Allemagne (2005-2006,

-directeur artistique AFRIKAMERA – African Film Festival in Berlin et de la Biennale de la danse africaine contemporaine de Berlin,

-Consultant du programme Open Doors pour l’Afrique au niveau du Festival international de films de Locarno et du programme pour l’Afrique au niveau de Hamburg Film Fest.

La Rédaction

1 comments on “Le Fespaco a désormais son nouveau Délégué Général

  1. Bonsoir toutes et tous,
    Qui a pondu ses insanités ? Et je commence à avoir des précisions et des confirmations sur mes inquiétudes. Alors que je donnais l’information à une personne étrangère toujours présente au FESPACO, je me suis entendu dire : c’est le tournant. Auquel j’ai répondu, : tournons donc. Mais j’avais compris que l’on venait de ventre à vil prix le festival Africain aux occidentaux. Notamment à …. On reviendra sur la question, et beaucoup comprendront que ce qu’ils pensent savoir , d’autres ont été avant eux au pied du mur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *