ICCV/Nazemse : Rentrée de la bibliothèque Kiougou Gabriel Nacoulma

Démonstration d'animation avec la Biblio-moto

C’est parti pour la rentrée 2020-2021 de la bibliothèque Kiougou Gabriel Nacoulma à ICCV/Nazemse. Pour marquer le coup, l’association  a organisé une conférence de presse sous le thème  »lecture-plaisir, accès à la culture et éducation ». L’occasion fût également d’établir un bilan des années antérieures 2018-2020 et enfin présenter les projets et innovations de l’association. C’était ce samedi 17 octobre 2020 au siège de ladite association.

ICCV/Nazemse :  Rentrée de la bibliothèque Kiougou Gabriel Nacoulma
Simon Nacoulma, coordonnateur de l’association ICCV (avec le micro)

L’association ICCV/Nazemse intervient  dans quatre (4) domaines principaux : l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire et l’accompagnement socio-économique des femmes.

Au niveau de l’éducation l’accent est mis sur la scolarisation de qualité et sur la « lecture plaisir ». A cet effet, elle a mis en place une grande bibliothèque communautaire dénommée « Kiougou Gabriel Nacoulma » depuis 2006 sous l’initiative de Simon Nacoulma et sous l’impulsion des femmes et des jeunes du quartier Cissin de la ville de Ouagadougou. Cette bibliothèque œuvre à promouvoir la lecture plaisir et a environ 15 000 abonnés aujourd’hui. L’abonnement annuel pour l’emprunt d’un livre coûte 100 F CFA pour les enfants et 1000 F CFA pour les étudiants. Elle est ouverte 24h/24 et 7j /7.

ICCV/Nazemse :  Rentrée de la bibliothèque Kiougou Gabriel Nacoulma
Visite de la bibliothèque kiougou nacoulma

Il faut dire que cette association à travers « la lecture plaisir » arrive à avoir des enfants dans sa bibliothèque. En effet, elle organise beaucoup d’activités ludiques tel que la danse, le théâtre, la chorégraphie pour donner le goût de la lecture aux enfants. « Nous passons par la lecture plaisir pour fidéliser les enfants de notre communauté à travers diverses activités que nous menons. Alors nous permettons aux enfants d’apprendre tout en s’amusant» a confié Safiatou YERBANGA, la directrice de la bibliothèque.

ICCV/Nazemse :  Rentrée de la bibliothèque Kiougou Gabriel Nacoulma
Safiatou YERBANGA, la directrice de la bibliothèque

Avec l’appui de ses partenaires tels que l’Association Sœur Emmanuelle (ASMAE) et l’Agence Française de Développement (AFD), l’ICCV Nazemsé a mis  en œuvre un autre  projet dénommé « Lire pour réussir ». Ce projet, d’une durée de trois ans, 2018–2021,  vise à améliorer les compétences des enfants du préscolaire et du primaire en créant un environnement scolaire et extrascolaire propice à un apprentissage de qualité en langage et en lecture.

Les bibliothèques conventionnelles n’étant pas à la portée de la population, ICCV Nasemsé dans le cadre de ce projet a conçu une bibliothèque mobile dénommée « Biblio-moto ». L’objectif de cette initiative est de rendre disponible le livre aux enfants et de les inciter à la lecture. Elle est constituée d’une moto à trois roues communément appelée « tricycle » dont l’intérieur a été aménagé en plusieurs étagères sur lesquelles sont disposées les livres. La biblio-moto investit les quartiers de Ouagadougou pour apporter les livres aux enfants. Afin d’attirer les parents, les jeunes et les tout-petits, une séance de lecture se déroule d’emblée à travers des animations musicales, de chants, de contes. A l’issue de l’animation, des lectures individuelles sont effectués par les enfants présents à la séance et les actions de l’ICCV sont expliquées aux participants.

HIEN Lionel, bénévole bibliothécaire à l’association « Ba Wend son »

Dans le cadre du projet « Lire pour réussir », l’ICCV est en partenariat avec cinq (05) autres bibliothèques de la ville de Ouagadougou dont 4 communautaires et une municipale (la médiathèque municipale de Ouagadougou) pour un transfert de compétences. Tous présents à la conférence, ils  n’ont pas tarit d’éloges sur les efforts que mènent ICCV. Pour HIEN Lionel, bénévole bibliothécaire à l’association « Ba Wend son »,  » grâce au projet lire pour réussir, avec ICCV, nous avons pu renforcer nos compétences pour notre bibliothèque et implanter des activités aux seins de notre bibliothèque ABS tels que les clubs de lecture, les formations en art et décoration ». Quant à Madame Kaboré Marie Dominique chef de service  à la médiathèque municipale, elle affirme qu’ils ont eu l’opportunité de créer et d’apprendre beaucoup de chose dans le cadre de ce partenariat. « Nous avons bénéficié d’une formation en animation et nous avons  également pu initier d’autres activités tels que les cafés littéraires… », a-t-elle expliqué.

Kaboré Marie Dominique chef de service à la médiathèque municipale

En termes de perspectives, le souhait du Coordonnateur Simon Nacoulma est de voir la bibliothèque continuer de fonctionner et acquérir notamment davantage de livres et d’avoir également l’opportunité d’éditer ses livres communautaires. Pour terminer, le coordonnateur a souligné le drame économique qu’à apporter le Corona virus. « Je lance un plaidoyer à l’endroit du  gouvernement burkinabè, de la mairie de Ouagadougou, des institutions nationales afin qu’ils viennent en aide aux structures sociales qui sont en difficulté à cause de la pandémie », a-t-il lancé.

Conférence de presse de la rentrée

 « Notre association a durablement été touchée, nous avons fermé notre école préscolaire, notre maison de la femme, la Jardinère… Nous lançons un SOS  à toute la terre et au Burkinabè d’abord, que chacun  contribue afin que nous mettions en place des activités génératrices qui pourraient nous aider à acheter des livres pour qu’on ne soit pas toujours tributaire de l’aide internationale. Comme le disait Thomas SANKARA, l’aide doit nous aider à se passer de l’aide. Mais si c’est seulement l’AFD et l’ASMAE  qui nous viennent en aide, le jour où ils partiront notre développement tombera à l’eau », a expliqué Simon Nacoulma.

Fatim BARRO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *