Les récréâtrales : «L’hécatombe prévu n’aura pas lieu », dixit Aristide Tarnagda

La  11e édition des récréâtrales a ouvert ses portes ce samedi 24 octobre 2020 dans le quartier de  Gounghin de Ouagadougou plus précisément à Bougsemtenga. Cette édition qui a pu se tenir malgré l’adversité  a connu la présence de plusieurs autorités du Burkina  dont madame le ministre de l’action humanitaire Marie Laurence Ilboudo, Simon Compaoré et le maire de Ouagadougou Armand Roland Pierre Béouindé.

Malgré la situation sécuritaire et sanitaire que connait le Burkina Faso, les organisateurs des récréâtrales n’ont pas baissé les bras. « Nous dresser », c’est sous ce thème que se tient la 11e édition des récréâtrales. Selon le directeur artistique de l’évènement  Aristide Tarnagda, il ne faut pas baisser les bras malgré les adversités. « L’hécatombe prévu n’aura pas lieu, nous ne sommes pas venus au monde pour renoncer à la dignité, la liberté et la joie de vivre,  il faut rester continuellement debout pour des lendemains meilleurs », a-t-il noté.

Pour lui, le devoir d’un artiste, d’un poète ou d’un créateur n’est pas de chanter le désespoir mais de féconder l’aube de l’espérance.

 Les festivaliers ont pu voir un spectacle bien orchestré par environ une quarantaine de personnes. Ce sont  des enfants, des femmes et des jeunes qui ne sont pas forcement familier de la scène qui ont travaillé dur pour permettre aux festivaliers de profiter de ce spectacle. Une chorégraphie qui invite tout le monde à s’adapter  à la manière du caméléon à la situation que traverse le monde. 

« Le caméléon est un animal qui s’adapte toujours, il fait en sorte que tout atmosphère l’accepte. A l’heure actuelle où nous sommes assaillis par le terrorisme et cette maladie qui vient tout freiner,  nous devrions nous adapter et continuer d’exister malgré tout », a souligné M Tarnagda.

Pour le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, ce festival vient comme une lueur d’espoir  dans un monde où tout se reforme.

Un spectacle qui a séduit les festivaliers dont madame le ministre en charge de l’action humanitaire Marie Laurence Ilboudo. « Pour construire quelque chose de solide, il faut connaître d’où on vient et où on va d’où la nécessité de s’attacher à sa culture », a expliqué Laurence Ilboudo. Elle a promis de faire le plaidoyer pour attirer le monde sur cet instrument fort d’intégration et de communication que sont les récréâtrales.

Plusieurs pays dont  le Niger, le Togo, le Mali, la Guinée, le Rouanda, la RDC du Mozambique, du Benin, de la France de la Belgique sont venus pour participer à cette 11e édition des récréâtrales.

En rappel, les récréâtrales sont les 3e Résidences Panafricaines d’Ecriture, de Création et de Formations Théâtrales.

Tout le monde est invité à vivre de meilleurs festivals  jusqu’au 31  octobre 2020 dans le quartier Gounghin de Ouagadougou.

Jeanne Z LAYA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *