Couples homosexuels : une note clarifie les propos du Pape

Enquête .Les nonces ont reçu, fin octobre, une note de la Secrétairerie d’État destinée à apporter « quelques éléments utiles » pour « une compréhension adéquate des paroles du Saint-Père » sur les unions civiles des couples homosexuels. D’après les informations de La Croix, cette lettre a été voulue par le pape.

C’est une inhabituelle mise au point qui est diffusée par le Vatican, quelques jours après l’écho mondial des propos du pape sur les unions civiles. Dans une note d’une page et demie envoyée fin octobre à tous les nonces en poste à l’étranger, la Secrétairerie d’État entend apporter « quelques éléments utiles » pour « une compréhension adéquate des paroles du Saint-Père ». Il est en particulier demandé aux nonces de diffuser le texte auprès des évêques.

Mais certains diplomates du pape, comme celui en poste au Mexique, l’ont aussi diffusé par Facebook. D’après les informations de La Croix, cette lettre envoyée aux nonces a été voulue par le pape François, à la fois pour clarifier sa position et répondre aux questions suscitées chez certains catholiques. Excluant de communiquer par voie de presse, il a privilégié ce canal des services diplomatiques.

EXPLICATION. Couples homosexuels, qu’a vraiment dit le pape sur les unions civiles ?

Rappeler le contexte

Dans le film Francescoqui dure près de deux heures, présenté mercredi 21 octobre à la fête du Cinéma de Rome, le pape apparaissait en prononçant ces phrases : « Les personnes homosexuelles ont des droits à être dans une famille, ils sont enfants de Dieu, ils ont le droit à une famille. On ne peut pas expulser quelqu’un d’une famille ou lui rendre la vie impossible pour cette raison. Ce que nous devons faire, c’est une loi d’union civile, car ils ont le droit à une couverture légale. C’est ce que j’ai défendu. » Des mots tirés d’un entretien réalisé en 2019 par une journaliste mexicaine, Valentina Alazraki, correspondante au Vatican de Noticieros Televisa.

Dans son message, le Vatican veut d’abord rappeler le contexte dans lequel ces propos ont été tenus au cours de cette interview réutilisée par le documentariste. « Le pape François a répondu à deux questions distinctes, à deux moments différents qui, dans le documentaire, ont été édités et publiés comme une seule réponse sans le contexte nécessaire, ce qui a généré de la confusion », écrit aujourd’hui le Vatican.

« Le Saint-Père avait fait en premier lieu une référence pastorale pour qu’au sein d’une famille les fils et les filles avec une orientation homosexuelle ne soient jamais discriminés. » Une manière pour la Secrétairerie d’État d’insister sur le fait que le pape n’a jamais plaidé pour que les couples homosexuels établissent une famille, mais bien pour qu’ils ne soient pas exclus de la leur.

Situation en Argentine

Puis la note entreprend d’expliquer la dernière phrase prononcée par le pape, sur les unions civiles. « Une question posée dans un ­deuxième temps dans l’interview faisait en revanche référence à une loi locale adoptée en Argentine il y a dix ans », peut-on lire dans le texte envoyé aux nonces. Qui rappelle que les propos du pape sur le droit des couples homosexuels à une « couverture légale » avaient été tenus dans ce cadre. Il est donc « évident que le pape s’est référé à ces dispositions nationales déterminées, et certainement pas à la doctrine de l’Église, plusieurs fois réaffirmée au fil des ans », insiste la Secrétairerie d’État.

Reste que cette note, destinée à éteindre une polémique mondiale provoquée par la diffusion de ce documentaire, n’éclaire pas tous les points soulevés par cette diffusion. En effet, la phrase sur les unions civiles ne figurait pas, à la demande du Vatican, dans le montage final de l’interview diffusée en 2019 par la journaliste mexicaine. Dès lors, comment le réalisateur Evgeny Afineevsky s’est-il procuré cet extrait ? Et si c’est par le biais du Vatican, cela était-il volontaire ? Autant de questions qui restent aujourd’hui sans réponse.

Lacroix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *