Présidentielle Américaine : Joe Biden veut unir alliés et partenaires

Analyse Le président élu, Joe Biden, veut unir alliés et partenaires pour relancer la coopération internationale et résister aux États autoritaires. Il entend construire un front uni contre la Chine et mettre un terme aux engagements militaires américains en Afghanistan et au Moyen-Orient.

François d’Alançon

« Nous serons de retour, n’ayez aucun doute là-dessus », insistait Joe Biden, en février 2019, devant la Conférence de Munich sur la sécurité. Internationaliste, le président élu croit au leadership américain, à l’ordre international « libéral », instauré au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à la démocratie, aux alliances, aux traités et au changement climatique.

Sénateur pendant 36 ans, président de la commission des relations extérieures pendant deux ans, vice-président pendant huit ans, ce vieux routier des estrades internationales entend remettre l’Amérique au centre du jeu.

La relance de la coopération internationale

« Le monde ne s’organise pas tout seul, affirmait Joe Biden dans un article, publié en mars par la revue Foreign AffairsPendant 70 ans, les États-Unis, sous des présidents démocrates et républicains, ont joué un rôle de premier plan dans la rédaction des règles, la réalisation d’accords et l’animation des institutions qui guident les relations entre les nations et font progresser la sécurité et la prospérité collectives jusqu’à Trump. » « Si nous continuons d’abdiquer cette responsabilité, ajoutait-il, soit quelqu’un d’autre prendra notre place, mais pas d’une manière qui fera progresser nos intérêts et nos valeurs, soit personne ne le fera, et le chaos s’ensuivra. Aucune de ces solutions n’est bonne pour l’Amérique. »

Important : Kamala Harris : la nouvelle Amérique féminine et multiraciale

Né en 1942, l’ancien sénateur a grandi dans les années 1950, quand les États-Unis assumaient leur rôle d’« hégémon bienveillant » de l’Occident dans la lutte contre l’Union soviétique. Le président élu voit le monde d’aujourd’hui comme une compétition entre des régimes autoritaires comme la Chine ou la Russie et le « monde libre » des démocraties, affaiblies par la polarisation, la corruption et les inégalités, y compris aux États-Unis.

Joe Biden relancera la coopération internationale pour lutter contre le Covid-19, ainsi que le dialogue avec les pays européens, l’Union européenne (UE) et les alliés de l’Otan, mais aussi avec l’Australie, le Japon, la Corée du Sud, sans oublier l’Amérique latine et l’Afrique. La future administration Biden rejoindra l’accord de Paris sur le climat, réintégrera l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et tentera de remettre en place un accord nucléaire avec l’Iran. De même, elle proposera à la Russie de reprendre les négociations sur la prolongation du traité New Start.

Lire la suite sur LaCroix.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *