Police nationale : 182 policiers distingués pour service rendu à la nation

182 Policiers ont vu leur mérite reconnu par la hiérarchie policière. La cérémonie solennelle de remise de médailles à eu lieu le 23 décembre 2020 à l’Ecole nationale de Police (ENP) en présence du Colonel André Roch Compaoré, Grand Chancelier des ordres des burkinabé, de Ousseni Compaoré, ministre de la sécurité, de la hiérarchie policière ainsi que des parents.

 Ils étaient au total 182 policiers composés de commissaires, d’Officiers, de sous-officiers et 6 personnes civiles, 2 personnes issues de la Police française à recevoir la médaille d’honneur de la police et 30 autres, la médaille commémorative pour leurs actions dans les missions onusiennes de maintien de paix au Mali, au Congo, au Soudan, en République centrafricaine et en Haïti. Selon le directeur général de la police nationale, Jean Bosco Kiénou, cette reconnaissance vient couronner les efforts de ces hommes et femmes qui se sont illustrés par leur abnégation et leur amour au travail. Pour lui,ces distinctions traduisent la reconnaissance de la nation à l’endroit de ces hôtes qui ont exercé avec bravoure, dévouement et sacrifices leurs missions respectives de maintien de l’ordre, sécurisation de personnes et de biens.

De l’avis du DG de la police nationale, la particularité de la décoration de l’institution policière cette année, c’est la prise en compte des blessés ainsi que ceux qui ont été et qui sont sur le théâtre des opérations. A l’en croire, cette distinction est comme un hommage que « nous leurs rendons ». Il a en outre souhaité que cette crise sécuritaire que vit le pays depuis 4 ans, prenne fin afin que les populations puissent vivre dans la quiétude. Pour Jean Bosco Kiénou, la sécurité étant tout une chaîne, c’est pourquoi vous avez parmi les récipiendaires, des personnes civiles. Ces hommes et femmes dans leur contribution pour l’édification de la nation, ont, grâce à leur accompagnement, a-t-il expliqué, permis la facilitation « nos missions ». Il est évident qu’en cette journée de reconnaissance, a-t-il souligné, qu’on ne pouvait pas les oubliés. Cela a été valable pour la coopération police française qui, depuis un certain temps, accompagne l’institution policière dans le cadre de la formation.

Le ministre de la sécurité, Ousséni Compaoré s’est, pour sa part, réjoui pour cette reconnaissance à l’endroit du personnel de la Police. Pour lui, une décoration est une reconnaissance pour services rendus à la nation sur le plan national ou sur le plan international. « C’est toute la famille du ministère de la sécurité qui savoure de ces moments de fierté que l’Etat reconnaisse les services rendus par ces hommes et femmes pour leur patriotisme », a-t-il indiqué. Sur la question de savoir si la pris en compte des blessés cette année précise s’inscrira dans la durée ou cela est fait de façon ponctuelle. Le ministre a reconnu que s’il existe des victimes qui l’ont pas été dans le passé, c’est peut-être une erreur. Qu’à cela ne tienne, des dispositions sont prises afin que ces personnes aient réparation. « Cela doit être une vraie reconnaissance de la nation pour ces gens et pour leur famille, qu’ils ont rendu service à la nation et parfois jusqu’au sacrifice suprême », a souhaité le ministre.

 Didèdoua F. ZINGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *