Réconciliation nationale au Burkina : Zéphirin DIABRE à la FEME et à l’Archevêché.

Le ministre chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale a rendu visite ce 25 janvier 2021 aux responsables religieux. Zéphirin DIABRE a été d’abord reçu dans la matinée au siège de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME) et dans l’après-midi, à l’Archevêché de Ouagadougou. A la FEME comme à l’Archevêché, il a échangé avec les « hommes de Dieu » pour solliciter leur prière et leur bénédiction pour la réussite de la mission qui lui a été confiée par le Président du Faso.

Ces entretiens assortis de conseils et de bénédictions avec les responsables religieux ont eu lieu après sa visite effectuée à la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB,

Le Pasteur Henri YE, président de la FEME, à sa sortie d’audience, a soutenu que la réconciliation nationale est une « question fondamentale » qui a été abordée dans plusieurs pays. Selon lui, la question a été le plus souvent confiée à un groupe de personnes ou à un ministère comme c’est le cas au Faso.

 « La question de la réconciliation est une question qui est au cœur de tout ce que nous faisons aujourd’hui. Nous avons besoin que tous les Burkinabè puissent se comprendre, se tolérer, se pardonner et se réconcilier », a suggéré Pasteur Henri YE.

De son avis, la cohésion sociale ne pourra être effective que si les Burkinabè s’entendent et se réconcilient entre eux. La FEME a appelé le ministre en chargé de la réconciliation nationale à prendre « son courage en main ». Parce que, a-t-il poursuivi, « c’est un gros défi qu’il a accepté de relever ». À l’en croire, ce ne sera pas du tout facile et c’est pourquoi, « nous avons besoin de l’entourer, de lui donner des conseils, d’être avec lui et d’être à ses côtés », a déclaré le  président de la FEME.

La FEME a suggéeré à Zéphirin Diabré d’initier une large consultation et de s’entourer de beaucoup de conseillers qui puissent l’aider à réussir sa mission. Ils l’ont appelé aussi à rechercher la vérité dans toutes ses démarches afin de remonter jusqu’à comprendre « tout ce qui a été fait ». De Pasteur YE, « Comme le dit les Saintes écritures, les projets réussissent quand il y a beaucoup de conseillers », a conclu Henri YE.

Toujours ce 25 janvier 2021, Zéphirin Diabré s’est rendu dans l’après-midi à l’archevêché. Il a eu un tête-à-tête avec le Cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou.

Après une heure d’échanges, les deux personnalités ont décidé de ne pas se confier à la presse. A l’archevêché, le message a été le même. Le Cardinal Philippe Ouédraogo a plutôt choisi d’offrir à son hôte un livre du Pape François intitulé « Fratelli tutti » qui signifie « Tous frères et sœurs ».

« J’ai pensé que je pouvais offrir ce petit geste au ministre chargé de réconcilier les Burkinabè pour aider les Burkinabè, tout Burkinabè, toute la société burkinabè que chacun reconnaisse l’autre comme son frère. Tous frères et sœurs au-delà des distinctions de toutes sortes. Que ce soit les religions, les ethnies, les conditions sociales, les options politiques que nous soyons tous frères et sœurs », a précisé Cardinal Philippe Ouédraogo

Didèdoua Franck ZINGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *