Littérature : 9ème édition de la rentrée littéraire du Faso.

9em édition de la rentrée littéraire du Faso

Tenue annuellement au Faso, la rentrée littéraire a ouvert sa 9ème édition ce 1er Avril 2021 au  CENASA sous le thème : « Ecrire pour prévenir –Ecrire pour guérir-Ecrire pour tenir-Ecrire pour ne pas périr »

La rentrée littéraire du Faso est un évènement initié depuis 2012 par la Société des Auteurs  des Gens de l’Ecrit et des Savoirs (SAGES).  Elle se tient chaque année au Burkina et se fixe pour objectif, de défendre les intérêts  des écrivains et auteurs d’écrits, de créer un pôle de  conseil littéraire juridique et socio-professionnel dans le domaine du livre et de l’écrit et surtout de développer et promouvoir le livre  et l’écrit au Burkina Faso

Aristide TARNAGDA recevant ses attestations

A ce propos, Thierry MILLOGO parrain de cette 9ème édition et président de la commission des arts a d’ailleurs félicité la SAGES pour cet engouement. « En matière de livres, on a énormément de choses à faire. C’est pour ça que je voudrais pour ma part souhaité que la SAGES poursuive le travail qu’elle a commencé, qu’elle ne le  relâche pas, qu’elle peut toujours compter sur nous autres pour l’accompagner et que les autorités aussi à leur tour puissent aussi assurer sur le plan légal et règlementaire, c’est-à-dire, les dispositions à prendre pour que le secteur puisse voler de ses ailes »

Bernadette DAO en train de recevoir ses prix

Dans son allocution, le parrain n’a pas manqué d’évoquer les problématiques de la lecture au Burkina Faso  en déclarant ceci :  « Aujourd’hui, nous sommes à vingt millions de burkinabè avec une population d’environ 75% de jeunes. Les jeunes ont besoin de lire aujourd’hui mais pas celle qui se fait sur les réseaux sociaux. Nous avons de la mauvaise information sur internet, donc ce n’est pas le lieu de faire de la bonne lecture. La bonne lecture, c’est d’avoir un livre à lire.  On lit, on montre et on peut discuter avec quelqu’un là-dessus », a t-il expliqué.

Pour Evariste POODA, la littérature burkinabè est  émergeante dans l’univers de la littérature africaine et mondiale. Je crois qu’on a une belle génération d’écrivains  à la suite des aînés que furent  Maître PASSERE Titinga, Bernadette DAO……… On a une génération actuelle qui n’est pas moins talentueuse, bien au contraire !  et qui écrivent sur les thèmes  d’actualité, de leurs temps. Je crois que c’est tout cela qui fait que la littérature Burkinabè aujourd’hui retrouve de belles fleurs. » Propos de Evariste POODA, représentant Madame la ministre de la culture des Arts et du tourisme.

A l’occasion de cette même rentrée littéraire du Faso  qui s’est tenue à Bobo du 26 au 31 décembre 2020 , la SAGES a institué la 1ère édition des PALM de la plume, une cérémonie d’hommages et de distinctions aux auteurs de la littérature Burkinabè dont les œuvres ont été exploitées pour les examens scolaires. Aujourd’hui, il s’agit de l’étape de Ouagadougou qui a été suivie de dédicaces groupés de 13 œuvres littéraires ainsi que des remises d’attestations et de trophées à d’imminents auteurs burkinabè. Il s’agit entre autre de l’ancien ministre de la culture Baba HAMA, et du directeur des récréatrales Aristide TARNAGDA

Ahoua KIENDREBEOGO

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *