Cinéma : Que devient le festival « Série-series » de Ouagadougou ?

Le festival Série-séries de Ouagadougou a été lancé en février 2018. C’était la première fois en 50 ans de cinéma que le public burkinabè se frottaient les mains pour vivre tous les deux ans un second festival cinématographique en alternance avec la biennale du cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Bien avant  ce festival et après chaque édition du Fespaco, les acteurs du 7ème Art entraient dans une véritable hibernation pour une durée de deux ans (dans l’attente bien entendu de la prochaine édition). Le festival « Série-série » de Ouagadougou apparait ainsi donc comme une bouffée d’oxygène pour le cinéma africain.

Mais depuis son lancement en 2018, que devient ce fameux festival? Dame rumeur courait les rues comme quoi le festival était désormais délocalisé à Dakar au Sénégal et que Ouagadougou n’allait plus avoir l’honneur de l’abriter. Pire, avec la situation sécuritaire que connait le Burkina, c’est un silence radio autour de ce festival.

Pour assouvir notre soif sur le sujet, nous avons joint par mail Marie BARRACO, l’une des responsables du festival « Série-séries de Ouagadougou et promotrice de “Série-series” de Fontainebleau. Voici sa version :

Marie BARRACO : A l’origine, et sur l’initiative du comédien Issaka Sawadogo, le projet était d’organiser une édition tous les deux ans, en alternance avec le Fespaco. Avec notre partenaire Burkinabé, Issaka  Sawadogo et son association AAFRIMAN, nous pensions que  cela donnerait une bonne visibilité  à SÉRIE SERIES Africa. Après  le succès de cette première édition en 2018  auprès des festivaliers, la 2e édition était envisagée pour 2020, mais la pandémie a rendu le projet impossible à mener.

Entre temps, nous avons organisé  avec l’OIF, pendant le Fespaco en 2019 un grand débat sur la structuration du secteur dans les pays de la sous-région.

Et depuis 2020 Série Series Africa est donc en ligne sur www.Serieseries.tv et accessible à tous les professionnels du secteur, gratuitement sur invitation. Nous y avons lancé au mois de mars une dizaine de modules faisant intervenir les équipes de séries emblématiques.

ArtBF :  – Des rumeurs en tous les cas ont couru les rues de Ouaga comme quoi la seconde édition était prévue pour se tenir à Dakar au Sénégal ? Qu’en est-il ?

Marie BARRACO : Nous sommes  très attachés à Ouagadougou, nous avons été très bien accueillis par les professionnels burkinabé et l’Institut français ainsi que l’ambassade de France, et nous avons monté ce Festival avec un grand talent burkinabè. Ce Festival est donc profondément lié au Burkina.

Après, nous avons dû faire face aux réalités : Pour parler vrai, nous n’avons pas reçu de soutien des pouvoirs publics burkinabè lors de la première édition.  Celle-ci n’a pu exister que grâce à un engagement intense et bénévole des professionnels du secteur audiovisuel burkinabè, et de nos équipes. Le lendemain de la première édition du Festival, nous avons vécu les attentats à Ouagadougou. Il nous est alors apparu que sans un véritable soutien institutionnel local,  la deuxième édition risquait de rencontrer des problèmes de financement aggravés par les problèmes sécuritaires au Burkina. Nous avons donc dû réfléchir à des alternatives, et envisagé de rendre le Festival itinérant dans les  différents pays de la sous-région, avec une étape à Ouagadougou dont la forme restait à déterminer. Et la pandémie  du COVID est arrivée, nous confinant dans nos pays respectifs.

ArtBF : -Si oui, pourquoi ce choix alors que le Burkina était bien parti et bien préparé pour recevoir cette seconde Edition ?

Marie BARRACO : Nous sommes ravis de savoir que les pouvoirs publics avec qui nous avons discuté, pourront cette année nous aider à mettre une édition en place pendant le Fespaco.

ArtBF :  – Pour l’instant, que ce soit le festival serie-series ou le fespaco, Ouagadougou est dans l’expectative. Le Fespaco étant annoncé pour le dernier trimestre 2021, le festival Serie-series pourrait-il dans la même lancée se produire également ?

Marie BARRACO : Bien sûr, nous l’envisageons et l’espérons grandement. Nous serions très heureux d’installer Série Series à Ouagadougou sur la durée. Il nous faut pour cela confirmer rapidement l’accord avec  des partenaires burkinabè. Nous avons pris des attaches et j’espère que cela sera positif. Nous espérons également pouvoir travailler étroitement avec le Fespaco sur la question du développement des séries au Burkina et dans la sous-région. Et mettre, si besoin à disposition,, notre expérience de Festival online.

ArtBF :  – Pour terminer que dites-vous pour rassurer tout ce public qui a mis tant d’espoir dans le festival serie -series ?

Marie BARRACO : Nous aussi nous avons très envie de retrouver le public et croyez-bien que de notre côté nous faisons tous nos meilleurs efforts pour avoir le plaisir de le retrouver. A bientôt, donc !

Merci 

Tous nous remerciements à Marie BARRACO pour cet entretien. Nous espérons que son cri de cœur  sera entendu par qui de droit pour que vivent les bonnes initiatives et le cinéma Africain.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *