Afrique du Sud : la police promet de contenir les violences

Les responsables de la police sud-africaine tentent de jouer la carte de la fermeté alors que des scènes de pillage des magasins et centres commerciaux se poursuivent dans le pays.

Les émeutes qui secouent le pays depuis vendredi ont déjà fait 72 morts selon le bilan communiqué par les autorités mardi. Les autorités sud-africaines promettent de contenir la crise.

« La situation actuelle sur le terrain est sous haute surveillance, et nous veillerons à ce qu’elle ne se détériore pas davantage. Nous ne pouvons pas permettre à quiconque de tourner en dérision notre État démocratique et nous avons demandé aux forces de l’ordre de redoubler d’efforts pour mettre un terme à la violence et d’accroître leur déploiement sur le terrain. », explique Bheki Cele, le ministre sud-africain de la police.

Sur le terrain, la situation demeure cependant préoccupante malgré le déploiement de 2 500 soldats. Alors que la crise déclenchée par l’arrestation de Jacob Zuma, s’est vite transformée en émeutes de la faim dans un pays plus de la moitié des 60 millions d’habitants vivent dans la pauvreté, avec un taux de chômage de 32 %, selon les statistiques officielles. Mais la police dit avoir joué sa partition.

« Beaucoup de choses auraient pu se produire, mais elles ont été évitées grâce au fait que nous avons fourni ces informations et que la police a agi sur la base de ces informations. Ce que nous voyons maintenant est ce que nous voyons maintenant. Mais ce que nous n’avons pas vu, c’est que le travail de l’agence de sécurité de l’État et de la police, fonctionnait à plein régime… », a déclaré

Ayanda Dlodlo, ministre de la sécurité.

Au total, 1 200 personnes ont été arrêtées dans les provinces de Rauteng et du KwaZulu-Natal. Les violences pourraient s’étendre à d’autres régions, les images des émeutes étant largement partagées sur les réseaux sociaux. L’Alliance démocratique, formation de l’opposition accuse la famille de Jacob Zuma d’attiser ces flammes et promet de porter plainte. Conséquence de la crise, le rand, la monnaie locale a perdu 3 % de sa valeur, son plus bas seuil depuis avril.

SOURCE AFRICANEWS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *