Tunisie : la foule se presse lors de la journée de vaccination ouverte

 

Deuxième vague de vaccination, cette fois réservée aux plus de 40 ans. Alors que le nombre de cas continue de grimper, la Tunisie avait ouvert la vaccination à tous les adultes qui le souhaitent pendant les deux jours de l’Aïd, avant de la spécifier à une tranche d’âge pour éviter la foule. Mais pour pouvoir bénéficier d’une dose de vaccin, il faut s’armer de patience. Dès l’aube, de longues files se forment devant l’entrée des 29 centres de vaccination disponibles à travers le pays.

« La situation est trop grave, ça me fait vraiment peur », explique Karima Mahdouni, une volontaire à la vaccination atteinte d’une maladie chronique. « Beaucoup de personnes que je connais sont mortes… «  Mais Karima Mahdouni devra encore attendre pour se faire vacciner, arrivée trop tard mardi au centre de vaccination.

« Peu m’importe le nom du vaccin, si vous vous vaccinez et que je me vaccine, les contaminations réduisent », détaille Ines Amouri, également volontaire. « Il n’y aura pas de morts, il n’y aura pas de gens qui ont besoin d’oxygène. On ne peut pas voir les gens qui souffrent sans rien faire. »

Mais à cause de l’engouement autour de la vaccination, les autorités ont annoncé sur les réseaux sociaux le report des journées portes ouvertes. Sur Facebook, le ministère de la Santé a annoncé que le non-respect du protocole sanitaire était l’une des causes à l’origine de l’annulation.

Et certains ne l’ont appris que mercredi matin aux aurores, en se rendant dans un centre pour se faire vacciner.

Malgré l’engouement, la situation sanitaire du pays reste alarmante et seulement 8 % de la population est entièrement vaccinée, trop peu pour inverser la tendance. Selon les données officielles, la Tunisie a enregistré près de 550 000 cas de coronavirus, dont 17 644 décès. Le ministère de la Santé a annoncé le prolongement de l’opération, un planning devrait être annoncé ultérieurement.

Pour Rafla Tej Dellaji, pédiatre et responsable du centre de vaccination du Palais des congrès et conseillère auprès du ministre de la Santé, il faudrait que les capacités vaccinales soient augmentées pour diminuer la transmission du Covid-19.

« Non seulement nous sommes à peu près à 200 décès par jour, c’est ce qui est déclaré, mais les services pour la prise en charge, l’hospitalisation, les lits d’oxygène sont actuellement occupés à leur maximum. Donc d’une manière ou d’une autre, il faut couper cette chaîne de transmission. »

D’abord peu convoités, les vaccins Sinopharm et AstraZeneka administrés pendants ces deux jours, ont été victimes de leur succès. Mais pour ceux qui espèrent se rendre en Europe prochainement, où la diaspora tunisienne est très présente, préfèrent passer leur tour, les vaccins chinois et russes n’étant pas validés par l’Union européenne. La vaccination des plus de 40 ans pourra se faire en pharmacie dès la semaine prochaine.

Limogeage du ministre de la Santé

Mardi soir, le ministre tunisien de la Santé Faouzi Mehdi a été limogé, à l’issue du premier jour de la campagne de vaccination qui était de son initiative. Le Premier ministre Hichem Mechichi a annoncé sa décision par un communiqué, sans expliquer les motivations.

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, prendra le poste de ministre de la Santé par intérim, dans un gouvernement déjà affaibli par le départ de nombreux ministres non remplacés après un remaniement resté inabouti. En janvier, le président de la République Kaïs Saïed a refusé de laisser prêter serment des ministres pourtant validés par le Parlement.

Source africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *