Humour : Une soirée  « A l’ÉCOLE du RIRE »

Il s’est tenu ce vendredi  27  Août 2021 au cercle des  arts Vivants, une soirée de restitution de la première session du projet  artistique intitulé  à l’École du Rire’’. Plusieurs humoristes professionnels ont honoré l’évènement de leur présence.

C’est une soirée de restitution qui a été organisée pour couronner la première session de la formation d’humoristes pratiquants et émergents issus du projet ‘’A l’école du rire’’,  cofinancée par la Fond de Développement Culturelle et Touristique (FDCT). Au total, 09 personnes ont pris part à cette formation artistique dont 02 humoristiques professionnels, 05 humoristes émergents, et 02 journalistes culturels.

Ce fut une soirée  riche en couleur avec au menu, une belle  brochette d’artistes humoristes. Les participants à la formation se sont succédé sur la scène,certains pour leur baptême de feu et d’autres pour galvaniser leurs fans.

De Rasta à Karansamba en passant par Katchoula 226 pour ne citer que ceux là, des nouveaux  noms et visages se sont fait connaître.  Des professionnels incubés comme Dabross et Adèle BADOLO étaient également de la partie.

Les humoristes à travers ce spectacle n’ont pas seulement fait rire à larmoyer un public.Mais surfant sur des thèmes variés, ils ont sensibilisé, conscientiser, moraliser… bref, ils ont véhiculé des messages touchant aux tares de notre société. Mais qu’à cela ne tienne, la soirée de restitution a révélé aussi des talents et réveillé des champions qui dormaient en chaque stagiaire.

Ainsi, Ismael GUEBRE alias Katchoula 226,humoriste émergeant et bénéficiaire de ce projet apprécie l’initiative. « La formation était superbe, on a appris tellement et on a eu plusieurs professeurs auprès desquels, on a appris. On a acquis du bagage. On a appris comment se tenir sur scène, comment improviser, comment écrire. »

Ce projet n’a pas bénéficié qu’aux « faiseurs et faiseuses de rire », les hommes de médias en ont aussi tiré profit car pour Malick SaagaSAWADOGO, journaliste culturel, ce projet lui a permis d’acquérir  desoutils qui dit-il, lui permettent désormais de « décrypter un spectacle d’humour. Cela va se sentir dans les jours à venir dans nos écrits», nous a t-il confié.

Les professionnels du domaine en ont également profité pour s’aguerrir. En effet, pour Adèle BADOLO, humoriste professionnelle et bénéficiaire de ladite formation,cette session contribuera à la professionnalisation des humoristes burkinabé, car dit-elle, « sans la formation, nul ne peut se dire professionnel. »

IL faut retenir que ce projet vise à la promotion de l’humour burkinabè et à la formation de la relève. Selon le promoteur Gérard OUEDRAOGO, ce projet  « contribuera à former en tout, 34 personnes dont 20 humoristes émergents, 6 journalistes culturels et 8 humoristes pratiquants et s’étendra sur une durée de 6 mois ».

Il faut noter que ce projet a été rendu possible grâce au soutien du Fonds de Développement Culturel et Touristique (FDCT) et de l’Union Européenne à travers le Programme d’Appui aux Industries Culturelles à la Gouvernance Culturelle (PAIC-GC)et  a mobilisé plus d’une vingtaine de million.

Farida SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *