Littérature : Les écrivaines Burkinabè créent « Mots d’elles »

Des écrivaines du Burkina Faso ont procédé au lancement officiel de leur association dénommée « Mots d’Elles ». La cérémonie s’est déroulée  le 20 novembre 2021 à l’ex-Institut Pédagogique du Burkina où plusieurs sommités de la littérature burkinabè étaient représentées.

Exprimer la contribution spécifique des femmes à l’écriture au Burkina Faso, tel est entre autres l’objectif de l’association « Mots d’Elles » portée par Bernadette Sanou/Dao, écrivaine et auteure de nombreuses publications. Ainsi donc, les écrivaines burkinabè créent « Mots d’elles » .

Lecture, poèmes, chants, déclamation et musique ont ponctué la cérémonie de lancement au cours de laquelle, la présidente de l’Association a dévoilé son plan d’action.

Selon Bernadette Sanou/Dao, présidente de l’Association, la vision du plan d’action de « Mots d ’Elles », est de réussir une littérature burkinabé de qualité qui favorise l’épanouissement personnel et la participation citoyenne à travers une production d’une littérature de qualité.

« Nous avons créé cette association parce que nous estimons que nous pouvons avoir une contribution originale des femmes ainsi que pour contribuer par le même billet à la promotion des droits des femmes », a-t-elle expliqué.

Bernadette Sanou/Dao Présidente de l’association Mots D’Elles

A en croire la présidente, ‘’Mots d’Elles’’ dont la devise est « Écrire pour changer le monde ! », entend promouvoir les textes écrits par des femmes burkinabé et susciter la lecture chez les jeunes et les femmes et à contribuer à l’animation de la vie culturelle au Burkina Faso.

Et l’écrivaine Monique Ilboudo, membre de l’association de dire qu’avant la création de « Mots d’Elles », aucune des membres n’était consciente qu’il y avait autant de femmes écrivaines. En femme avertie des difficultés d’édition au Burkina,   Monique Ilboudo reste convaincue que « Mots d’Elles », sera le cadre par excellence de partages d’expériences. « En plus de cela, même si l’écriture est un art solitaire, cette association  sera un moment de partage d’expériences entre les membres car la littérature rencontre beaucoup de difficultés pour éditer un livre dans ce pays. Le partage d’expérience peut les aider à améliorer leurs écrits, à trouver des éditeurs et mieux, à faire connaitre leurs œuvres », s’est-elle exprimée.

Monique Ilboudo/ Écrivaine et Membre de l’association

L’association compte plus de 30 écrivaines dont la majorité des jeunes qui évoluent dans différents genre (poésie, conte, nouvelle, récit etc.). « Nos attentes sont, d’être d’abord connues par le public, les lecteurs du Burkina, d’être accueillies favorablement comme tous les auteurs », a fait savoir Bernadette Sanou/Dao.

Ph. de Famille

Il est à noter que le plan d’action de l’association qui est de trois ans est évalué à près de 47 millions de francs CFA.

Joseph Stéphanie OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *