Burkina : Oppositions et propositions d’hommes de  culture à la crise sécuritaire.

Frères et sœurs du monde des arts et de la culture du Faso, ne faisons pas la politique de l’autruche. Notre mission est d’éclairer la conscience du people, d’orienter sa marche en louant ses qualités, en dénonçant ses défauts, en chantant ses bravoures et en galvanisant ses pas timides et hésitants.

Restons dans notre rôle pour dire à notre brave peuple (et répéter à nos dirigeants) que l’heure est grave. l’heure doit être à l’action concrète et décisive. Une action marquée d’abord par de fermes OPPOSITIONS :

François COULIDIATI :  « Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête : Apocalypse 13 ; 18. »

Lire aussi : Pour mériter notre nom « d’Hommes intègres »

     1- opposition à la dégradation progressive et inacceptable du climat sécuritaire du Faso ;

      2- opposition aux innombrables et incessantes tueries de notre peuple ;

      3- opposition à l’inexplicable impuissance de nos FDS face à l’ennemi ;

      4- opposition à l’annexion et occupation de portions de terre de notre pays ;

     5- opposition aux ripostes qui ne sont pas à la hauteur de l’audace des attaques ;

     6- opposition à l’indifférence affichée dans les grandes et moyennes villes, où la vie se poursuit toujours en fêtes et amusements, alors que les victimes (morts, blessés déplacés internes), se multiplient quotidiennement ;

      7- opposition à la suicidaire confusion des notions « résilience » et « insouciance » ;

     8- opposition à l’inertie, à l’inaction, à la résignation et à l’abdication qui semblent gagner du terrain ;

Après avoir chanté, dansé, peint, conté, théâtralisé, poétisé, filmé, romancé, écrit, dessiné, slamé et fait de l’humour, pour sensibiliser, conscientiser, soutenir ou fustiger, nous devons passer à de  plus hardies actions. Une action marquée par les présentes et concrètes PROPOSITIONS :

      1- proposition que le chef de l’État instaure l’état d’urgence et proclame la guerre populaire généralisée ;

       2- proposition que des mesures  soie t prises pour impliquer et encadrer toutes les populations non encore assiégées afin qu’elles s’organisent en structures de veille, de sentinelle, d’alerte et de premiers fronts de résistance aux agressions ;

       3- proposition que des mesures soient prises pour suspendre les grandes manifestations récréatives et festives organisées par l’État ;

       4- proposition que des actions fortes soient initiées par l’État ( sorties-terrain , visites aux FDS , VDP et structures populaires organisées , aux déplacés internes , annonces, déclarations, etc) pour entretenir la flamme patriotique et combattante des populations, au moins 2 fois par mois ;

       5- proposition que l’exemple de sacrifice pour l’effort de guerre vienne d’en haut et que par conséquent, le Président du Faso, les membres du gouvernement, les présidents d’institutions, les Députés, les Gouverneurs des Régions, les Présidents des Conseils Régionaux, les Directeurs Généraux, etc, cèdent 1/5 de leurs salaires à l’effort de guerre pendant 6 mois pour compter de décembre 2021 ;

       6- proposition que les dossiers de crimes économiques pendants soient jugés, les coupables sanctionnés, les fonds subtilisés recouvrés et remis à l’État pour servir aux dépenses que requière la situation ;

      7- proposition de mailler le territoire national , surtout les zones à haut risque, en y installant des cellules militaires pour encadrer les structures populaires de veille, aider à assurer la sentinelle et donner l’alerte à la base militaire pertinente en cas d’agression ;

      8- proposition que les différentes forces sur les différents fronts soient régulièrement servies en équipements et ravitaillements pour éviter les SOS désespérés lancés ça et là, ainsi que les drames celui d’Inata ;

      9- proposition que tous les 15 jours, les artistes et hommes de culture de chaque Commune (où c’est encore possible) , organisent des rassemblements et animations d’une à deux heures, pour rappeler la situation de crise, réchauffer l’esprit patriotique et galvaniser l’implication des populations.

Ces propositions peuvent paraître modestes au regard de l’immensité des problèmes du pays. Mais c’est une contribution du monde culturel.Tant mieux si elle suscite des propositions plus pertinentes et plus efficaces à même d’aider nos autorités et notre peuple à trouver les solutions les meilleures à la situation. Vive le FASO libéré !

Martin ZONGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *