Dans une localité du Burkina, des femmes manifestent pour se faire une place au soleil

A travers un décret du 1er février 2022, le Président du Faso Paul Henri Sandaogo DAMIBA mettait fin aux mandats des conseils des collectivités territoriales. Dorénavant, les collectivités  seront gérées par des délégations spéciales pendant la période de la transition.

Le moins que l’on puisse dire est que le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) est bien sur la lancée. Depuis quelques jours déjà des manifestions des femmes se sont éclatées dans la commune de Saaba, une localité très confondue à la ville de Ouagadougou. La lutte pour se faire une bonne place au soleil dans le cadre de la création des délégations spéciales se fait âpre et pressante dans cette petite ville du Burkina.

Les Faits. Tout a commencé ce samedi 05 février date à laquelle, le préfet aurait  suggéré aux femmes d’arriver à une entente à l’amiable.  Malheureusement, la coordonnatrice ne semblait pas l’entendre de cette oreille car selon des indiscrétions, elle souhaiterait bien continuer son mandat.   

Le torchon brûle donc au niveau de la commune de Saaba sur le choix de la représentante des femmes.

« Nous avons dit que nous ne sommes pas d’accord. Ce sont les femmes qui doivent voter celle qu’elles veulent. Impossible de voir la coordonnatrice. Hier à notre grande surprise une femme vient remettre des documents au préfet. Nous sommes là ce matin pour demander au préfet à quel niveau se trouve le problème. Puisque ce sont les femmes qui doivent voter celle qu’elles veulent ; ce n’est pas la coordonnatrice »,  a indiqué Valentine Nikièma/ représentante des manifestantes.   «  C’est bien vrai que c’est nous qui l’avons votée. Mais pour les délégations spéciales, on préfère mettre une autre femme. Les femmes de Saaba sont nombreuses !  », a-t-elle poursuivi.

Au moment de la pandémie de la COVID-19 dans notre pays, une subvention  avait été mise en place pour aider les femmes vulnérables.  Mais les femmes du marché dans la commune de Saaba affirment n’avoir jamais rien reçu pourtant disent-elles, les subventions ont été débloquées. « Aucune de nous n’a reçu même un rond. La coordonatrice garde à elle seule l’argent et ne vient en aide à personne. C’est pour ces raisons que nous ne la voulons plus », explique une des manifestantes.

Joseph Stéphanie OUATTARA  

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *