Burkina : Lona Charles reproche à Roch KABORE de n’avoir pas fait appel à l’article 179

Depuis le 24 janvier, le Burkina Faso vit une période de transition politique dirigée par le Ltn. Col. Sandaogo Paul Henri DAMIBA. Après l’euphorie populaire des premières heures du coup d’Etat, les Burkinabè attendent dans cinq mois  pour apprécier le tout premier bilan du nouveau régime sur la lutte contre l’insécurité au Burkina. En tous les cas, le Président Paul Henri DAMIBA a rassuré plus d’un burkinabè de sa détermination à lutter farouchement et sans répit contre les attaques terroristes.

Le colonel à la retraite Lona Charles OUATTARA en homme averti apprécie le processus de transition en cours au Burkina depuis le 24 janvier 2022 qui a vu le départ de l’ancien président Roch Marc Christian KABORE.

 » Ce que je reproche à l’Ancien Président Roch KABORE, c’est de n’avoir pas fait  appel à l’article 179 de la Loi 038-2016/AN « 

Lona Charles OUATTARA : Je n’ai pas été étonné du tout de ce qui est arrivé parce que figurez-vous que ce sont les régimes du Burkina qui favorisent même les coups d’Etats militaires. Même si les gens ne sont pas favorables aux coups d’Etats Militaires, lorsqu’on est confronté à une situation de guerre qui dure depuis six (06) ans, avec des militaires qui meurent au front sans qu’il n’y ait une solution en vue,  il devient très difficile de condamner un coup d’Etat qui arrive dans de telles conditions. On  ne peut pas empêcher des gens qui risquent leur vie au front de trouver une solution à leur problème. Maintenant, la grande question est de savoir si la solution proposée est la meilleure.

Jean Hubert BAZIE : « Je dis bien que nous sommes satisfaits mais nous ne nous en réjouissons pas »

Lire aussi les appréciations de Jean Hubert BAZIE après le verdict du Procès Thomas SANKARA.   » Je dis bien que nous sommes satisfaits mais nous ne nous en réjouissons pas… »

Ce qui est sûr, ces militaires qui sont au front avaient besoin d’un changement radical et c’est ce qui est arrivé le 24 janvier 2022. Alors comprenons nous bien ! Je ne dis pas que le coup d’Etat était la meilleure issue à la crise. Mais je dis que c’était l’une des raisons pour lesquelles l’armée ne pouvait pas rester inactive parce que c’est elle qui est au front, au charbon et ce sont eux, les soldats qui meurent. Voilà pourquoi, il était difficile de mobiliser la population de Ouagadougou contre un coup d’Etat intervenu dans ce contexte précis. Ce qui a conduit au Coup d’Etat est un fait ; mais la solution est une autre dimension. Évidemment, pour justifier le coup d’Etat, les soldats ne diront pas que «  c’est parce que nous mourrons au front … ». NON !  parce qu’après tout, le militaire est fait pour la guerre, mourir s’il le faut pour sa patrie. Mais après le Coup d’Etat, l’astuce a été vite trouvée et les raisons avancées pour mieux vendre ce Coup d’Etat sont entre autres, la restauration de  l’intégrité du territoire et lutter pour une meilleure transparence dans la gestion des affaires de l’Etat.

L’intervention du MPSR dans les affaires de l’Etat était semble-t-il une manière d’étouffer le rapport où étaient contenus les résultats de l’enquête sur les  erreurs commises par une certaine hiérarchie militaire dans le drame de INATA. N’est-ce pas aussi votre avis ?

Ah ! Je ne suis pas complotiste. Je suis comme Saint Thomas. J’analyse les faits et de ce que je sais de par mon expérience militaire. Je ne suis pas fort dans les conjectures et je ne mentirai pas non plus. INATA ne saurai être le principal motif du coup d’ETAT. Les responsabilités qu’il faut tirer de INATA ne regarde pas la troupe mais plutôt la hiérarchie militaire. Donc, je ne crois pas à cette thèse là. Maintenant, est-ce que les solutions proposées sont atteignables ? parce que le régime a fait des promesses importantes et vitales pour notre Etat.

Roch Marc Christian KABORE a fait appel aux Volontaires pour la Défense de la Patrie dans la lutte contre le terrorisme. Mais qu’a-t-il fait de l’Article 179 de la Loi 038-2016/AN  ? Lona Charles OUATTARA s’interroge.

L’appel du MPSR aux militaire retraités était techniquement normal ! C’est d’ailleurs ce que je reproche au régime défunt qui n’a pas été capable de mettre en œuvre la loi 038-2016/AN portant statut général des personnels des forces armées nationales du Burkina Faso. Cette loi en ces articles 168, 169 et 179 statue sur la réserve militaire.

L’article 168 établit les limites des obligations militaires pour les jeunes appelés. La durée de cette obligation militaire est de 18 mois pour tous les jeunes appelés qui entrent dans l’armée avant d’être admissibles dans la réserve opérationnelle. Ça c’est le service actif. La durée de la réserve elle-même est de 25 années de service. Donc une fois qu’on est mobilisé dans une situation comme dans le contexte actuel de notre pays, c’est parti pour servir pendant 25 ans.

Ensuite, il y a l’article 179 qui précise les modalités de mobilisation de ces jeunes appelés. C’est le décret présidentiel qui mobilise soit à titre individuel, soit à titre collectif. Le même article précise par ailleurs qu’une fois que ces jeunes auraient accompli leur  service de 18 mois, ils sont reversés dans un corps de rattachement. L’intérêt d’être reversé dans un corps de rattachement c’est quoi ?

C’est le fait de bénéficier d’un recyclage périodique, entraînés et formés afin qu’ils soient à tout moment prêts et opérationnels en cas de guerre. Cette belle loi existe. Son article 179 stipule que les militaires admis à la retraite restent à la disposition du ministère de la défense en cas de mobilisation générale pendant les 3 dernières années qui suivent leur retraite; ce qui fait appel déjà à 4 classes. Alors il y a la dernière classe qui est touchée par l’année de mobilisation (l’année 2022). Ceux qui sont admis l’année dernière mobilisables jusqu’à trois fois.

En tant que Colonel à la retraite, avez-vous répondu à l’appel ?

Non ! Comment dois-je donc être concerné par cet appel  quant on sait que je suis à la retraite depuis 2008.  Ce que je reproche au Président Roch KABORE, c’est de n’avoir pas fait  appel à cette loi, cette disposition légale qui est là et qui devrait lui permettre de mobiliser des gens. Au lieu d’exploiter cette loi, le président  mobilise des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) ; j’ai trouvé cela incongru.

Propos recueillis par la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *