Comprendre pourquoi le Hajj coûte de plus en plus cher

En 2019, près de 2,5 millions de fidèles musulmans se sont retrouvés en Arabie saoudite pour le grand pèlerinage du Hajj. Ce pilier de l’islam est cependant un luxe que de moins en moins de personnes peuvent s’offrir, les prix des circuits s’envolant à travers le monde, n’épargnant aucun croyant.

Si chaque musulman en capacité physique et financière doit faire le Hajj une fois dans sa vie, ce nombre de fidèles remplissant les conditions risque de baisser de manière significative. En effet, de nombreux musulmans à travers le monde sont découragés face à la hausse constante des prix des circuits proposés par les agences qui proposent le Hajj, seul moyen de réaliser le pèlerinage.

Sur une simple comparaison entre 2018 et 2022, la hausse du prix du Hajj se fait sentir au Maroc. Pour cette année 2022, les tirés au sort devront ainsi débourser 63 800 dirhams, soit plus de 17 000 de plus qu’en 2018 (46 551 dirhams). Pour les pèlerins français, le pèlerinage coûtait entre 5 500 et 7 000 euros (58 200 à 74 000 dirhams) en 2018. En 2022, il dépasse les 11 000 euros (116 400 dirhams) pour les formules les plus «luxueuses».

«Les prix ont doublé en dix ans», regrettait déjà en 2019  le président de l’association France Hajj, Benabdellah Soufari dans Libération. Pour lui, le pèlerinage vers La Mecque est devenu un «véritable business».

Comment le Covid-19 a fait augmenter le prix du Hajj

Seulement, cette hausse qui était déjà conséquente, a encore augmenté avec la crise du Covid-19 et de nombreux facteurs conjoncturels. En effet, si l’Arabie saoudite recevait entre 1 et 3 millions de pèlerins chaque année depuis presque 30 ans, la pandémie a eu pour effet de faire voler en éclat cette économie, qui mobilisait chaque année plus de 190 000 travailleurs chaque année en Arabie saoudite.

Lire la suite sur le site msn.com/fr

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *