Burkina : Processus de réconciliation, la montagne accouche d’une souris

La nouvelle avait déjà tant circulé, déchiré la toile  et fait couler de salive et d’encre. Cette nouvelle, était l’arrivée de Blaise COMPAORE dans le cadre du processus de réconciliation nationale afin d’esquisser de pistes de sortie à la crise sécuritaire. Le 08 juillet 2022, les choses n’ont malheureusement pas fonctionné comme prévu.

C’est le 7 juillet 2022 que l’ex-président Blaise COMPAORE foulait le pied sur sa terre natale laissée il y a bientôt 8 ans. En effet, contraint à la démission suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, l’ancien Président Blaise COMPAORE s’exile en République de Côte d’Ivoire. Depuis donc 8 ans, l’ancien locataire de KOSYAM n’aurait  plus officiellement foulé le pied au Burkina. C’est précisément cette année  et à la demande de l’actuel président du Faso Paul  Henry DAMIBA que Blaise COMPAORE est rentré au bercail. L’objectif de son retour au pays est connu : participer à la concertation entre anciens Chefs d’Etat du Burkina en vue de ramener la paix. Mais au vu des évènements, on est tenté de dire que la montage aurait accouché d’une souris.

Les faits :

Contre toute attente, l’arrivée de l’ancien président à l’Aéroport de Ouagadougou n’a pas drainé grand monde ou du moins une affluence digne de la trame du « Blaizo » comme l’appellent affectivement les militants. Cette faible mobilisation aurait été le premier signe avant coureur qui laissait transparaître en filigrane que la grande messe des anciens présidents du Faso pourrait être en deçà des attentes.

Autour de l’initiateur de la rencontre, 02 anciens Chefs d’Etat sur 05

Le second signe et non des moindres est que l’Ancien président étant encore sous le coup d’un mandat d’arrêt international, ne pouvait avoir toute la légitimité à Ouagadougou  et passer facilement comme une lettre à la poste. De même qu’il ne pouvait pas se soustraire de la veille citoyenne et de tous ceux qui sont épris de paix et de justice. La pilule aurait été facile à avaler si seulement… Si elle était bien enrobée ; c’est-à-dire, si l’ex-président en exil en Côte d’Ivoire n’était pas poursuivi par la justice ou s’il avait au moins bénéficié d’une grâce présidentielle lui permettant de jouir pleinement de tous ses droits.  

Enfin, Sur les (05) cinq anciens Chefs d’Etat attendus pour la concertation, deux (02 ) seulement étaient aux cotés de l’initiateur de la rencontre. Il s’agit de L’ancien Président Jean Batiste OUEDRAOGO et bien entendu de Blaise COMPAORE.

L’initiative du Président DAMIBA de rencontrer les anciens Chefs d’Etat burkinabè pour la recherche de la paix est fort louable au regard du banditisme grandissant au Burkina. Bien que n’ayant pas été un succès total à souhait, l’initiative aurait été tout de même un test qui, malheureusement nous enseigne que la voie menant à la cohésion sociale et à l’unité des filles et fils du pays est  encore pleine d’embûches.

Source : ArtistesBF

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *