Burkina Faso: Des femmes complicent des actions terroristes

Le Commandement des Opérations du Théâtre National (COTN), le lieutenant-colonel Yves Bamouni, a animé son traditionnel point de presse ce vendredi 29 juillet 2022 sur la situation sécuritaire nationale. Ce point de presse, permet de faire un briefing de la situation sécuritaire et  un point  des opérations de sécurisation du territoire nationale.  Ce point de presse était  conjointement animé par Salimata Nébié/ Conombo,  Ministre du Genre et de la Famille.

Lors du point de presse sur la situation sécuritaire, la ministre en charge du genre déplore la participation de la gente féminine. En effet, c’est avec amertume que l’on constate la participation de plus en plus active des femmes dans les combats terroristes aux côtés des hommes Armés non Identifiés, un constat qui a été maintes  fois relevé. « En effet, on observe qu’elles sont actives sur le spectre des attaques terroristes. Elles participent à la génération des combattants terrorises, au renseignement sur les activités des FDS, au soutien logistiques des groupes armés terroristes et enfin, à l’action armée lors des attaques», a regretté la ministre du Genre et de la Famille.

La ministre va plus loin en donnant des exemples de participation des femmes lors des attaques terroristes.  

La Ministre cite un exemple où lors de l’attaque du détachement de Barsalogho le 10 juillet 2022, certaines femmes haranguaient les combattants terroristes pendant que d’autres encourageaient à attaquer des domiciles.

Il faut également noter la plus récente attaque du détachement de Kelbo le 25 juillet dernier, elles ont été observées en train de ramasser des blessés et les morts terroristes ajoute la ministre.

Au regard du rôle que les femmes jouent au sein des sociétés, cette tendance est inquiétante. C’est dans cette optique que la ministre du genre et de la famille interpelle les mères, les épouses et aux  parents des frères qui ont pris des armes pour diverses raisons contre la Patrie de s’investir dans la production de la paix au Burkina Faso.  

Joseph Stéphanie OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *