Commémoration de la révolution du 04 Août 1983 : les héritiers se questionnent sur les valeurs perdues…

Ce jeudi 04 Août 2022 nous donne une fois de plus l’occasion de nous souvenir de la date historique du 04 août 1983. En effet, le 04 août 2022 marque le 39eanniversaire de l’avènement de la Révolution Démocratique et Populaire au Burkina Faso. Conduite par le Conseil National de la Révolution avec à sa tête le capitaine Thomas SANKARA, la révolution populaire brillera  04 ans avant d’être étouffée en 1987 par Blaise COMPAORE.

Un coup dur est porté au peuple burkinabè et à l’idéal Sankariste. 39 ans après l’assassinat du leader de la révolution, que reste-t-il de ses héritiers et quelle importance accordent-ils aujourd’hui à cette date repère de l’histoire du Burkina ?

03 acteurs dont, Jean Hubert Bazié, président du groupe constitué de partis politiques à l’Assemblée législatives de la Transition, Me B. Stanislas Sankara président de l’Union pour la Renaissance/Mouvement patriotique Sankariste (UNIR/MPS) et Yéli Monique Kam présidente du Mouvement pour la Renaissance du Burkina (MRB) gardent encore des souvenirs vivaces sur cet homme. Nous vous proposons de lire leurs témoignages.  vidéo

Jean Hubert Bazié : Je souhaite au peuple Burkinabè de rester toujours débout, de tirer leçon de notre histoire, de tout ce qui s’est révélé positif, de savoir reconnaitre ces vrais leaders ; ceux qui défendent ses intérêts. Nous sommes  un peuple divers avec beaucoup d’ethnies, beaucoup de langues beaucoup de difficultés mais avec un seul cœur.

Jean Hubert Bazié : militant de premières heures

Si nous tenons la main et si nous partons des valeurs essentielles de justice, des valeurs de transparence, des valeurs de fraternité, des valeurs de travail et de progrès, nous irons loin. Nous avons à tracer notre propre chemin, pas celui que nous imposeront d’autres personnes.  Nous devrons marcher résolument vers  notre bonheur en respectant les autres, en prenant en compte la dimension fraternelle des peuples qui s’aiment en nous éloignant des faux leaders et en tournant le dos aux fausses valeurs ; aux faux espoirs. Nous devrons lutter concrètement, verser des larmes, verser de la sueur pour obtenir notre liberté et notre bonheur sans illusion mais avec beaucoup d’amour pour les uns et les autres. C’est ce que je souhaite au Burkinabè en toute modestie.

Me B. Stanislas Sankara :

Me B. Stanislas Sankara/Président UNIR-MPS

Pour moi, mon message est simple. Il faut un sursaut patriotique. Il faut que la jeunesse comprenne qu’en 1983, notre ambition, notre engagement, notre détermination, c’était de lutter pour ce pays.

Aujourd’hui je crois que ces valeurs sont en train de disparaître. Il faut que nous nous ressaisissions pour faire du Burkina ce que nous aurons souhaité qu’il soit comme pays, comme patrie à notre image, à l’image des luttes que nos parents ont menées et qui nous ont légué un pays où il fait bon vivre. Malheureusement, il y a le terrorisme, il y a la guerre, il y a partout la désolation. Donc à l’UNIR-MPS, nous demandons simplement aux uns et aux autres, de se donner la main, il faut qu’on soit plus fort dans une union nationale.  Il faut qu’on soit plus fort en regardant le présent et l’avenir de nos enfants. Donc je ne peux que souhaiter bonne fête de 04 Août mais dans l’introspection. 

Yéli Monique Kam : Femmes, hommes, jeunes ! A l’occasion de ce 04 Août 2022, je suggère deux postures.

Yéli Monique KAM : Présidente du MRB

La première est d’apprendre à connaître notre histoire. Les informations sont disponibles partout dans les archives et sur internet. Nous devons aller à la conquête du savoir. Nous devons nous appuyer sur notre histoire pour nous libérer. Ensuite, assumer notre responsabilité. Prendre part à la lutte et assumer chacun sa responsabilité parce que nous sommes à une étape décisive d’un bouleversement mondial où chacun doit assumer sa mission dans ce processus de libération du continent africain et du Burkina en particulier. J’invite chaque burkinabè à s’impliquer dans ce combat, que chaque burkinabè apporte sa pierre à l’édification d’un Burkina Faso uni, souverain, prospère et stable.

Propos recueillis par Joseph Stéphanie OUATTARA

1 comments on “Commémoration de la révolution du 04 Août 1983 : les héritiers se questionnent sur les valeurs perdues…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *