Mouvement populaire M30 NAABA WOBGO : Le mot d’ordre est maintenu

Le Mouvement populaire M30 NAABA WOBGO était ce 29 août 2022face à la presse au Centre d’Education Ouvrière de Ouagadougou. Dirigée par sa Coordonnatrice Monique Yéli KAM, trois points essentiels étaient inscrits à l’ordre du jour; à savoir, le bilan d’étape de la lutte de libération du Burkina, le caractère léonais des accords entre  la France et la Burkina et le mot d’ordre.

Avant l’entame de la conférence de presse, les organisateurs ont tout d’abord demandé une minute de silence à la mémoire des FDS et civils tombés sous les balles assassines des terroristes.

Puis, abordant le premier point inscrit à l’ordre du jour, le Mouvement populaire M30 NAABA WOBGO à travers sa Coordonnatrice a situé et justifié le contexte de création du Mouvement populaire M30 NAABA WOBGO. Ainsi dit-elle,« Notre Mouvement est né à partir du déclin provoqué par les propos outrageux dans le contexte où l’insécurité ne reculant pas a fini par éroder le bien-être », a souligné la première responsable du Mouvement.

La présence française au Burkina avec son détachement militaire depuis 2015 met mal à l’aise Monique YELI KAM qui voit dans les accords de coopération qui lient le Burkina et la France un certain  » caractère léonin « .  Pour la conférencière du jour, c’est cette situation qui serait à l’origine  des méfaits tels l’instabilité des régimes politiques, la mal gouvernance, la corruption généralisée, la pauvreté abjecte, le  système obsolète de l’éducation et l’expansion du terrorisme. Et c’est pourquoi dit-elle, son Mouvement a saisi par courrier toutes les institutions du  pays pour soulever une protestation contre la politique française au Burkina

Au cours de la conférence de presse, Monique YELI KAM n’a pas manqué de revenir sur les récentes « descentes aux enfers » dont son mouvement a été l’objet  et qui a conduit à l’arrestation et à la détention d’un des leurs en l’occurrence Hermann Timbwaoga ZOUNGRANA.

Au regard de cette situation, Monique YELI KAM et ses camarades entendent maintenir leur mot d’ordre qui se résume en trois points à savoir, le départ pur et simple de l’Ambassadeur Luc Hallade, l’abolition de tous les Accords léonins avec la France et le démantèlement du détachement militaire de Kamboinsin et la  fin de l’expertise technique France et le retrait des assistants et coopérants de nos institutions

La Coordonnatrice du Mouvement populaire M30 NAABA WOBGO termine son réquisitoire en exhortant les filles et fils du Burkina à un sursaut patriotique.  » Filles et Fils du Burkina Faso, quelles que soient nos positions, levons-nous maintenant pour entamer la lutte véritable pour la survie de notre patrie, en nous érigeant en ses défenseurs invétérés« , a lancé Monique Yéli KAM 

Joseph Stéphanie OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *